L’INM publie les résultats d’un sondage sur la solidarité et l’équité intergénérationnelles

MONTRÉAL, le 4 octobre 2017 -– L’Institut du Nouveau Monde (INM) lance aujourd’hui la Conversation publique sur la solidarité et l’équité intergénérationnelles. Ce vaste processus consultatif de deux ans, financé par le Secrétariat à la jeunesse du Gouvernement du Québec, vise à recueillir les idées et propositions de plus de 5000 citoyennes et citoyens de tous les âges pour ouvrir le dialogue intergénérationnel et pour travailler sur les enjeux communs.

Afin d’éclairer sa démarche et de faire la lumière entre les perceptions et la réalité, l’INM dévoile du même coup des résultats d’un sondage Léger effectué auprès de 3000 répondants segmentés par groupe d’âge. Celui-ci nous apprend que malgré certaines différences prononcées, les priorités de chacun ainsi que leurs perceptions du climat politique et social se rejoignent.

Les priorités 
Mentionnons d’emblée que les priorités des Québécois se ressemblent. Se retrouvent en tête du classement, autant chez les 18-34 ans que chez les 35-54 ans et les 55 ans et plus, ces priorités : « Favoriser l’accès à un médecin de famille et réduire l’attente aux urgences pour améliorer le système de santé », « Réduire les impôts et les taxes » et « Assurer un meilleur partage entre les riches et les pauvres ». Les 18-34 ans sont toutefois plus nombreux à nommer (à 21 %) « Améliorer la qualité de l’environnement et investir dans les économies vertes » comme priorité.

Perception du climat social et du climat politique
Les dernières années ont vu le climat politique et le climat social se détériorer à en croire les réponses au sondage. Les 18-34 ans (40 %), les 35-54 ans (50 %) et les 55 ans et + (49 %) sont majoritairement d’avis que le climat social est « moins bon qu’avant », contre respectivement seulement 17 %, 12 % et 12 % qui croient qu’il est « mieux qu’avant ». Le constat est plus sévère à propos du climat politique : les 18-34 ans (44 %), les 35-54 ans (52 %) et les 55 ans et + (60 %) considèrent qu’il est « moins bon qu’avant ». Seulement 8 à 9 % trouvent que le climat politique est « mieux qu’avant ».

Héritage et relations intergénérationnelles
La nécessité d’investir maintenant pour assurer des services publics de qualité aux générations futures est préconisé en majorité par les Québécois, particulièrement pour les 18-34 ans (66 %), mais aussi chez les 35-54 ans et les 55 ans et + (tous deux à 60 %). Ce souci des autres générations se ressent également dans une perception positive des relations intergénérationnelles : 49 % des 18-34 ans, 54 % des 35-54 ans et 72 % des 55 ans + considèrent qu’elles sont plutôt bonnes ou très bonnes.

L’équité et la solidarité
Toutefois, lorsqu’on parle des problèmes d’iniquité, les générations se renvoient la balle entre elles. Bien que les trois groupes d’âge pensent dans les mêmes proportions (62 %, 64 % et 62 %) que le Québec ne répond pas aux besoins des différentes générations de façon équitable et que les mesures mises en place par les gouvernements pour atteindre ou préserver l’équilibre budgétaire ne touchent pas de façon équitable toutes les générations (à 59 %, 60 % et 61 %), l’on ne s’entend pas sur quel groupe est le plus touché, chaque groupe croyant être celui le moins bien traité de façon équitable.

De façon rassurante, toutes les générations sont ouvertes à travailler avec les autres et démontrent un fort sentiment de solidarité. À la hauteur de 50 % pour les 18-34 ans, de 44 % pour les 35-54 ans et de 53 % pour les 55 ans et +, toutes les générations « pensent d’abord aux autres » contre, respectivement, 35 %, 41 % et 34 % qui « pensent à soi d’abord ». On est aussi majoritairement prêt à donner du temps pour s’occuper d’une personne seule qui ne fait par partie de sa famille : à 54 % pour les 18-34 ans, à 57 % pour les 35-54 ans et à 57 % pour les 55 ans et plus (en moyenne 10 % ne savent pas quoi répondre).

Pour connaître les résultats détaillés du sondage, il est possible d’en faire la demande auprès de Sophie Seguin-Lamarche à l’INM.

La Conversation publique sur la solidarité et l’équité intergénérationnelles
La démarche consiste en un processus public, participatif et délibératif sur les questions d’ordre intergénérationnel au Québec.

Calendrier de la démarche

  • Automne 2017 : tournée des 17 régions du Québec pour rencontrer citoyens et organisations.
  • Hiver 2018 : délibérations en ligne et activités autonomes des organisations.
  • Automne 2018 : Sommet des générations pour débattre et adopter les propositions.
  • Hiver 2019 : publication d’un livre blanc qui sera remis aux décideurs publics.

L’Institut du Nouveau Monde
L’Institut du Nouveau Monde est une organisation non partisane dont la mission est
d’accroître la participation des citoyens à la vie démocratique. L’action de l’INM a pour effet
d’encourager la participation citoyenne et de contribuer au développement des
compétences civiques, au renforcement du lien social et à la valorisation des institutions
démocratiques. www.inm.qc.ca

– 30 –

Renseignements
Sophie Seguin-Lamarche, directrice communications et affaires publiques
Bur. 514 934-5999, poste 262 / Cell. 514 943-7893
sophie.seguin@inm.qc.ca