Programme éducatif obligatoire : 2 parents sur 3 disent oui !


Montréal, 5 décembre 2016 – Selon un récent sondage Léger, deux parents sur trois souhaitent que les services de garde aient l’obligation d’appliquer un programme éducatif, à l’instar de l’ensemble du parcours scolaire. De plus, on constate que les 18-44 ans, la tranche d’âge la plus susceptible d’avoir de jeunes enfants, sont davantage favorables à cette mesure (61%) que les 45 ans et plus (41%).

Ce sondage, mené à la demande de la Commission sur l’éducation à la petite enfance, a interrogé plus de 1 000 Québécois sur trois aspects spécifiques de la politique familiale québécoise : la qualité des services de garde, l’établissement d’un programme éducatif obligatoire et l’accès privilégié à des places en services de garde pour les enfants vulnérables.

Les résultats envoient un signal clair de la part des parents sur le fait que l’éducation commence dès la petite enfance.

 « Il est intéressant de constater que pour les parents, les services de garde éducatifs sont plus qu’une mesure de conciliation famille-travail et qu’ils y voient l’occasion, pour leurs enfants, d’entamer leur parcours éducatif en préparation à l’école », a déclaré André Lebon, président de la Commission.

Accès privilégié pour les enfants vulnérables

 De plus, 70% de la population seraient favorables à l’idée de réserver des places en services de garde subventionnés et en maternelle quatre ans aux enfants vulnérables.

Un résultat qui démontre que la population voit les services de garde éducatifs comme étant un outil important pour favoriser l’égalité des chances et que le gouvernement doit mettre en œuvre des mesures pour y faciliter l’accès.

L’égalité des chances pour tous les enfants était d’ailleurs un objectif énoncé dans la politique familiale du Québec de 1997, intitulé Les enfants au cœur de nos choix.

Qualité des services de garde

Quand l’on demande aux parents ce qu’ils pensent de la qualité des services de garde, ceux-ci obtiennent tout juste la note de passage : 61 % des parents sont d’avis que les services offerts aux enfants entre zéro et cinq ans sont d’excellente ou de bonne qualité. En posant la même question à la population générale, ce chiffre diminue à 56 %.

Est-ce là le niveau de qualité souhaité pour nos enfants ? Quel chemin doit-on emprunter pour améliorer l’offre de service et la perception des parents utilisateurs ? Voilà des questions pour lesquelles la Commission tentera de dégager des pistes des réponses dans son rapport, qui sera déposé en février prochain, sachant que la qualité des services a un impact positif sur le développement des tout-petits.

Une Commission nécessaire et pertinente

 « Ce coup de sonde auprès de la population, et plus spécifiquement le point de vue des parents qui en ressort, témoigne de la pertinence de faire le bilan des 20 ans de la politique familiale. Plus encore, ils confirment que le mandat de la Commission de se pencher sur la qualité, l’accessibilité, l’universalité et la gouvernance des services d’éducation à la petite enfance est fondé », a conclu M. Lebon.

Depuis près de deux mois déjà, M. Lebon et les commissaires Martine Desjardins et Pierre Landry sillonnent la province à la rencontre des Québécoises et des Québécois, des parents, des organismes et des experts qui s’intéressent à l’éducation à la petite enfance afin d’entendre leurs points de vue sur le sujet.

À propos de la Commission sur l’éducation à la petite enfance

 La Commission sur l’éducation à la petite enfance est une initiative de l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE). Les opérations et le secrétariat de cette Commission sont sous la responsabilité de l’Institut du Nouveau Monde (INM). La Commission vise à faire le bilan de l’éducation à la petite enfance au Québec, 20 ans après le lancement de la politique familiale, et à dégager une vision collective pour son avenir.

-30-

Contact et informations:

Marie-Pier Côté, attachée de presse, Commission sur l’éducation à la petite enfance
Cell.: 418 999-4847 | mpcote@tactconseil.ca