Projet pilote Vivre ensemble

PROFIL IDENTITÉS ET DIALOGUES DE L’ÉCOLE D’HIVER DE L’INM

Capsule réalisée dans le cadre du profil Identités et dialogues de l’École d’hiver de l’Institut du Nouveau Monde (INM). Ce profil était animé par les trois leaders du projet pilote sur le vivre ensemble (Györgyi Kizer, Faïçal Lounis et Simon Massicotte), coordonné par l’INM en collaboration avec le centre de recherche SHERPA.

 

La petite histoire du projet

À l’été 2015, l’INM invitait Cécile Rousseau et Ghayda Hassan à tenir un séminaire sur la radicalisation dans le cadre de sa 12e édition de l’École d’été. Ce séminaire proposait de mettre en perspective le contexte de l’émergence des mouvances radicales et leur attirance pour les jeunes. Des initiatives alternatives et résilientes développés par les jeunes afin de dénoncer les injustices sociales, économiques et politiques menant au radicalisme ont aussi été présentées. À la suite de ce séminaire, les participants ont été invités à prendre part à un projet pilote, qui serait mené par des jeunes et encadré par le centre de recherche SHERPA et l’INM. Les objectifs de ce projet pilote étaient de développer des messages alternatifs visant à contrer les discours haineux ainsi que les discours radicaux menant à la violence et à utiliser les médias sociaux pour relayer ces messages.

En octobre 2015, une dizaine de participants de l’École d’été, aux profils diversifiés, participaient à une première rencontre pour discuter de ce projet pilote. Les premières rencontres furent l’occasion de discuter des thèmes sous-jacents à la radicalisation et au vivre ensemble ainsi qu’aux messages alternatifs qu’ils pourraient proposés. Les contours du projet pilote se sont progressivement définis et ils se déclinent finalement en deux grandes étapes:

  1. En décembre 2015, accompagné d’un vidéaste professionnel, les jeunes ont réalisé un vox pop à proximité de deux cégeps de Montréal. Ce vox pop aborde des questions identitaires et liées au vivre ensemble. Les résultats du vox pop seront présentés sous forme de quatre capsules vidéo qui seront relayées sur les réseaux sociaux au cours du mois de février et mars 2016.
  1. Les jeunes sont responsables de la planification et de l’animation du profil Innovation – Identités et dialogues de l’École d’hiver 2016 de l’INM. Ce profil sera l’occasion de faire vivre aux participants une simulation, où ils feront l’expérience de parcours identitaires variés avec les privilèges et les injustices sociales qui y sont liés. Cette simulation sera suivie d’une période d’échange afin de mieux comprendre les enjeux liés au vivre ensemble et d’identifier des pistes d’action. Cette activité sera filmée et les résultats seront présentés dans une courte capsule documentaire.

Ce projet reçoit le soutien financier du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion dans le cadre du Programme Mobilisation-Diversité.

Logo MIDI-01

Participants impliqués dans le projet

Ce projet pilote est activement porté par trois jeunes leaders. Ils sont soutenus et accompagnés par Ghayda Hassan du centre de recherche SHERPA et des membres de l’équipe de l’INM.

GyorgyiKizerD’origine hongroise, Györgyi Kizer a grandi à Québec, où elle a d’abord complété des études en soins infirmiers pour ensuite travailler dans le secteur de la santé. Confrontée à des remises en question d’ordre identitaire durant sa jeunesse et soucieuse d’acquérir une meilleure compréhension des enjeux interculturels et internationaux, elle décide de réorienter son parcours professionnel. Elle complète donc un baccalauréat en études internationales et langues modernes ainsi qu’une maîtrise en gestion du développement international et de l’action humanitaire à l’Université Laval; de riches parcours qui l’amèneront à effectuer divers séjours académiques et professionnels au Moyen-Orient, en Afrique et en Europe.

Touchée par les injustices sociales, Györgyi est désireuse de vivre dans un monde plus solidaire où l’humain est traité avec la plus grande dignité. Stimulée par l’effort collectif vers la construction d’un monde basé sur la cohabitation harmonieuse et le respect de l’autre, elle choisit de s’y impliquer à travers diverses initiatives bénévoles et engagées.


 

FaicalLounisFaïçal Lounis est candidat à la maîtrise en administration publique à l’ÉNAP. Après avoir complété un baccalauréat en études internationales et une maîtrise en sciences politiques, il est aujourd’hui engagé au CARI St-Laurent, organisme œuvrant dans l’intégration des nouveaux arrivants dans la région de Montréal. Il est également impliqué dans divers projets de recherche portant sur la radicalisation menant à la violence et auteur d’un mémoire sur l’affirmation de groupes islamistes en Afrique sahélienne.


 

SimonMassicotteSimon Massicotte est un jeune étudiant en science des religions à l’Université de Montréal. Il se passionne depuis toujours pour les enjeux reliés au pluralisme culturel et religieux. Cette passion l’a amené à explorer et observer les tensions sociales et politiques reliées aux phénomènes religieux dans le contexte québécois (tentative de vivre ensemble), israélo-palestinien (opposition et complémentarité) et tadjik (sécularisation et radicalisation).

Centre de recherche SHERPA

PhotoGhayda_HassanGhayda Hassan est professeure de psychologie à l’UQAM et chercheure-clinicienne au sein de l’équipe d’intervention et de recherche interculturelle (EIRT) où elle participe à la formation et à l’encadrement des stagiaires en psychologie clinique. Ses recherches se font en collaboration avec ERIT, SHERPA (CIUSSS Ouest-de-l’île-de-Montréal) et les IRSC CIPREV (Centre d’études interculturelles sur la prévention  de la violence sexiste). Ses travaux de recherche sont centrés autour de trois domaines: intervention en violence familiale dans un contexte de diversité culturelle; santé mentale et enjeux identitaires des enfants et des adolescents issus de minorités ethniques; relations intercommunautaires, radicalisation et santé mentale.


 

CecileRousseauCécile Rousseau, professeure titulaire au département de psychiatrie à l’Université McGill, est directrice scientifique du centre de recherche du CSSS de la Montagne. Elle travaille comme clinicienne en soins partagés auprès des enfants immigrants et réfugiés dans des quartiers pluriethniques de Montréal, tout en poursuivant des recherches sur les programmes de prévention en milieu scolaire et sur l’impact des politiques migratoires.