«La véritable balance du pouvoir, c’est les jeunes !»  – Brian Myles

Amy Cooper

Vendredi soir, Philippe Couillard, Jean-François Lisée, François Legault, et Manon Massé participaient au Dialogue jeunesse des chefs à l’Auditoriun du Pavillion Henry F. Hall de l’Université Concordia où les 4 chefs ont présenté une image de la classe politique soudée par rapport à l’importance d’avoir des dialogues ouverts et constructifs avec la jeunesse.

Les prochaines élections provinciales ayant lieu le 1er octobre prochain, cet évènement organisé par l’Institut du Nouveau Monde (INM) et Le Devoir a vu afflué près de 700 jeunes entre 18 et 35 ans sur place et a été suivi par environ 1000 autres en live sur les réseaux sociaux. 

D’une part il y avait une nécessité de la classe politique d’approcher et de séduire une population qui représentera le tiers de l’électorat lors du scrutin à venir; et d’autre part c’était une occasion exclusive pour les jeunes de faire entendre leur voix, et d’assister aux discussions. 

Opération séduction

Bien que les 4 chefs aient adopté une stratégie de présentation individuelle différente, l’approche globale était la même : amener les jeunes à voir les partis politiques et leurs chefs sous un jour nouveau, loin des débats houleux et des affrontements.

Une ambiance conviviale, humaine et presque chaleureuse entre les 4 chefs a été maintenue par la courtoisie, le tutoiement, le respect de l’expression libre, la recherche d’un contact visuel de soutien et d’approbation dans certains cas, les sourires complices parfois, et des gestes de bienveillances à l’occasion.

Tous ont souligné leur plaisir d’être présents, l’importance du vote des jeunes, et la pertinence de cette initiative de la part de l’INM et du Devoir. 

Philippe Couillard disait « faisons vivre la démocratie le 1er octobre »; Jean-François Lisée encourageait les jeunes à être engagés politiquement : « soyez présents et soyez dans l’organisation des évènements »; François Legault remarquait qu’il ne reste plus que « 45 dodos »; et Manon Massé soulignait aux jeunes de « faire pression sur eux autres ». 

Une jeunesse engagée

Tout au long de l’évènement, de l’arrivée des chefs aux mots de fins, les jeunes présents dans la salle ont pu littéralement faire entendre leur voix : leur mécontentement par des cris ou des huées, leur approbation par des applaudissements, et même pour certains, leur soutien aux initiatives des partis en scandant le nom de certains chefs après leur intervention.

Reflétant selon Brian Myles « les intérêts, les rêves et les espoirs des jeunes », les questions posées portaient sur 4 grands thèmes : 1) l’immigration, la diversité et l’inclusion; 2) l’environnement et l’impact des changements climatiques; 3) le sort des Premières Nations; et 4) l’éducation et les frais de scolarité.

Un format particulier

Le dialogue s’est déroulé de la façon suivante : 1) des allocutions d’ouvertures de 2 minutes pour donner à chaque chef l’occasion de se présenter individuellement et d’établir un contact privilégié avec la jeunesse; 2) des réponses aux questions des jeunes de 2 minutes 30; et 3) des allocutions d’une minute pour que chaque chef puisse avoir l’occasion de laisser un message fort.

Sur les questions préalablement envoyées par les jeunes à travers le Québec en date du 10 août, 20 questions sur une liste de 25 ont été tirées aux sorts par Brian Myles puis posées au hasard aux 4 chefs.

Le directeur du Devoir s’est notamment assuré de l’équité quant aux temps de paroles et aux nombres d’interventions, et d’établir le but et les règles du dialogue. « Aucun affrontement, et aucun débat » a-t-il précisé, mais c’est plutôt l’occasion « d’explorer le terrain des idées et de s’exprimer librement ».