La voix citoyenne : moteur de changement

Publié le 17 mars 2017.

Julie Caron-Malenfant

Directrice générale 

Lorsque l’opportunité d’assumer la direction générale de l’Institut du Nouveau Monde s’est présentée, j’ai compris que c’était à mon tour de rejoindre cette nouvelle génération de leaders qui font les choses autrement. En cette ère de faits alternatifs, de taux de participation électorale rarement satisfaisants, d’une quête d’un mieux vivre ensemble et de défis climatiques, j’ai décidé de réitérer haut et fort mon engagement pour l’écoute et l’ouverture à l’autre et aux idées.

Ce sont là les deux mots d’ordre de la participation citoyenne, que Michel Venne a contribué à mettre à l’ordre du jour en créant l’INM. Merci à toi! C’est d’ailleurs à réunir les conditions gagnantes d’un bon débat public dans tous les projets initiés ou accompagnés par l’INM que s’affairent depuis maintenant 14 ans tous ceux qui y travaillent. Une équipe jeune, dynamique, engagée, inspirante, compétente, branchée sur les enjeux de notre société, que j’ai maintenant l’honneur de diriger. 

Les prochains mois et années apporteront leur lot de projets et de changements. Dans le monde municipal, à l’aube d’une redéfinition des pouvoirs des municipalités, nous assistons à une renégociation des conditions de participation des citoyens à la vie démocratique. Du côté du secteur de la santé, une succession de réformes ont réduit les moyens par lesquels les citoyens pouvaient exprimer leur voix. En éducation, les enjeux de gouvernance et les compressions soulèvent la question de la qualité des services rendus à nos enfants, à nos jeunes. Dans tous les cas, une même question se pose : comment faire autrement ?

À cette question, l’INM offre une réponse : celle des citoyens. C’est leur parole que nous continuerons de récolter et de porter vers nos décideurs en vue de les éclairer et de les aider à faire les meilleurs choix, dans l’intérêt de l’ensemble de la société. Surprenamment, c’est encore un défi en 2017 d’être à l’écoute, sans préjugés, sans défendre un agenda caché, sans éveiller les soupçons.

Dans les prochaines années, les moyens que nous utiliserons pour animer nos activités continueront de se raffiner, d’évoluer, de se perfectionner, notamment à l’aide des outils numériques. Nous redoublerons d’efforts pour développer les compétences de nos jeunes en matière de participation citoyenne, mais aussi celles de l’ensemble de la population, et pourquoi pas, de nos élus.

À court terme, nous proposons aux citoyens de nombreuses occasions de s’informer, de débattre et de proposer. Je pense à la Nuit des débats le 24 mars qui rassemblera les Montréalais et Montréalaises dans une multitude de lieux pour dialoguer sur le vivre ensemble; à Tribu17 qui réunira 120 leaders de 30-45 ans du 6 au 8 avril pour réfléchir aux thématiques de l’argent, de l’identité et du pouvoir; à la Conversation publique pour une politique nationale d’architecture initiée par l’Ordre des architectes du Québec et qui visitera 13 villes de la province, ou encore; à la campagne #ParceQueJeSuisUneFemme visant à sensibiliser les jeunes aux obstacles à l’engagement des femmes. Ce ne sont que quelques exemples des projets à venir et pour lesquels nous sollicitons votre appui et votre participation.

Au final, la parole citoyenne demeure la matière brute avec laquelle nous travaillons. Nous continuerons de la cueillir à chaque activité que nous organisons.

À vous tous et toutes, merci de contribuer à l’Institut du Nouveau Monde !

Julie Caron-Malenfant, directrice générale
Institut du Nouveau Monde