Le blogue de L’état du Québec

image

L’état du Québec 2015: 20 clés pour comprendre les enjeux actuels 

interieur-edq_cover

 

 

 

 

 

 

 

 

 


ACHETER Version papier ou numérique

ACHETER Version numérique + adhésion à l’INM 33$

ACHETER Version papier + adhésion comme membre de soutien de l’INM 150$

Plus court, plus vif, plus percutant, L’état du Québec fait peau neuve.

20 clés pour comprendre les jeunes, le féminisme, l’austérité, le pétrole, la laïcité, les inégalités…

Sous la direction de la journaliste indépendante Annick Poitras, des analystes de renom proposent vingt clés pour comprendre les enjeux socio-économiques actuels.

Un sondage inédit de Léger sur les aspirations des jeunes Québécois.

Un rapport de l’Institut du Québec sur la fiscalité des entreprises.

Une étude du magazine L’actualité sur l’équité intergénérationnelle.

Le bilan de la couverture médiatique de l’année écoulée, par Influence Communication.

Le rôle incompris de la science dans les décisions publiques, par Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec.

L’État du Québec 2015 a aussi comme partenaires les quotidiens Le Devoir et Métro de Montréal.

site web-02

site web-03site web-01site web-04site web-05

 

Note importante de l’éditeur >

 

Une erreur s’est malheureusement glissée dans la version imprimée de L’état du Québec 2015. 

Il manque les notes du texte Partis fédéraux : qui est à gauche, qui est à droite? figurant en page 154. Les voici, plus bas.

Toutes nos excuses aux auteurs François Pétry et Lisa Birch.

[1] Données textuelles pour l’analyse des politiques; voir www.poltext.org pour plus d’information.

[2] L’échelle peut varier en théorie de -100 (extrême gauche) à +100 (extrême droite) en passant par zéro, le centre théorique de l’axe.

[3] L’observation de 2000 est la moyenne des programmes du Parti progressiste conservateur en 1997 et en 2000, et l’observation de 2004 est la moyenne du programme progressiste conservateur de 2000 et du programme conservateur de 2004.

[4] L’Alliance canadienne, qui a existé de 2000 à 2003, est née de la fusion du Parti réformiste et du Parti conservateur dans le but de réunir les voix de la droite sous une même bannière. Sa dissolution et sa fusion avec le Parti progressiste conservateur a consacré l’union la droite au sein du Parti conservateur du Canada.

[5] Jack Layton succéda à Alexa McDonough comme chef du NPD en 2003. Il a marqué l’histoire par son succès électoral sans précédent en 2011 et, tragiquement, par son décès des suites d’un cancer quatre mois plus tard.

[6] Le positionnement est obtenu à chaque élection par une enquête d’opinion menée par les chercheurs de l’Étude électorale canadienne. La figure pondère les positionnements successifs en appliquant une moyenne mobile sur deux élections, selon la même règle que pour la figure 1.


L’état du Québec 2015 en vidéos

Les dernières éditions de L’état du Québec

AnnuaireQc20013-xEtatduQc2012-3D-coul300AnnuaireQc2011_xAnnuaireQc2010-xEtatduQc2009-xAnnuaireQc2008-xAnnuaireQc2007-xAnnuaireQc2006-xAnnuaireQc2005-x