Le 1% le plus riche: l’exception québécoise