Loading...
Nous connaître2018-10-11T20:10:31+00:00

À propos

L’Institut du Nouveau Monde (INM) est un organisme non partisan dont la mission est d’accroître la participation des citoyens à la vie démocratique. Aujourd’hui, les principaux champs d’expertise de l’INM sont: la participation citoyenne, la démocratie participative, l’acceptabilité sociale, la gouvernance participative, l’entrepreneuriat social et l’innovation sociale.

Fondé en 2004, l’INM est lauréat en 2005 du Prix Claire-Bonenfant du gouvernement du Québec pour les valeurs démocratiques et l’éducation civique. L’INM organise chaque été une École de citoyenneté pour les jeunes (cette activité a été désignée en 2010 comme l’une des trois meilleures pratiques d’éducation civique au Canada par l’Institut pour la citoyenneté canadienne, et elle est reconnue par la Commission canadienne de l’UNESCO). L’idée de l’Institut du Nouveau Monde remonte au printemps 2003 et elle émane d’un groupe d’universitaires.

L’INM préside à des dialogues entre citoyens et experts (les Rendez-vous stratégiques) afin de renforcer la démocratie participative et la participation citoyenne. Il publie annuellement L’état du Québec et propose plusieurs programmes destinés à l’information, la délibération et la mobilisation des citoyens dans le cadre de ses propres initiatives mais également de celles d’organisations publiques et privées qui sollicitent ses services. L’INM a co-organisé à Montréal en 2010, 2011 et 2012 les Assemblées mondiales de Civicus – Alliance mondiale pour la participation citoyenne.

Télécharger le rapport d’activités

Mission

L’INM a pour mission d’accroître la participation des citoyens à la vie démocratique.

L’INM est un organisme indépendant non partisan oeuvrant principalement au Québec dans une perspective de justice et d’inclusion sociales, dans le respect des valeurs démocratiques et des principes du développement durable, et dans un esprit d’ouverture et d’innovation.

L’action de l’INM permet d’augmenter la proportion de citoyens qui participent ainsi que la qualité du débat public. Elle contribue au renforcement du lien social et à la valorisation des institutions démocratiques.

Par ses activités, l’INM propose une démarche délibérative structurée, basée sur la formule «informer, débattre, proposer».

Organisation sans but lucratif, ayant le statut d’organisme de bienfaisance, l’INM a lancé ses activités le 22 avril 2004 à Montréal, en présence de quelque 300 citoyens.

CAMPAGNE DE FINANCEMENT DU 15ANNIVERSAIRE DE L’INM

EN SAVOIR PLUS

L’Institut du Nouveau Monde (INM) est une société à but non lucratif, incorporée en vertu de la 3e partie de la Loi sur les compagnies depuis le 20 janvier 2003.

L’Institut s’est doté d’une structure légère, économiquement efficace, capable de mettre en oeuvre des projets ambitieux dans de courts délais. L’INM s’appuie également sur un fort réseau d’experts dans toutes les disciplines et sur des partenaires privés. Enfin, il compte aussi sur la collaboration de bénévoles dans toutes les régions du Québec.

Les membres de l’INM forment l’assemblée générale. Celle-ci se réunit au moins une fois par année, reçoit et examine le rapport d’activités et les états financiers de l’Institut, et élit les administrateurs de la corporation.

Plus formellement, elle se tient à la date et à l’heure que le conseil d’administration détermine chaque année, pour procéder à l’examen des états financiers et du rapport du conseil d’administration, à l’élection des administrateurs et, s’il y a lieu, à l’étude du rapport du vérificateur ou de l’expert-comptable, à la nomination ou au renouvellement du mandat de ce dernier ainsi qu’à la détermination de leur rémunération pour l’année en cours.

Vous trouverez ci-dessous les documents décrivant le mode de gouvernance de l’INM et son processus d’élection au conseil d’administration:

L’Institut est placé sous la gouverne d’un conseil d’administration pluraliste composé d’au plus 15 personnes provenant de la société civile. Le conseil administre toutes les affaires de la corporation, adopte son programme d’activités, les prévisions budgétaires et les états financiers. Il désigne la direction générale de l’Institut. La personne désignée est membre d’office du conseil et agit comme secrétaire de la corporation. Les membres du conseil d’administration sont élus par l’assemblée générale de l’INM pour un mandat de deux ans, renouvelable. Le mandat de la moitié des membres du conseil est renouvelé chaque année.

Les membres du Conseil d’administration de l’Institut du Nouveau Monde (INM) :

Me Michel Cossette, président
 Membre du Barreau du Québec depuis 1982, il a toujours pratiqué en cabinet privé. En janvier 2012, il s’associe à Me Dolan qui pratique avec lui depuis 1998 pour fonder Cossette Dolan Avocats. Michel Cossette combine une pratique de litige civil et commercial avec une pratique de conseil à des organismes à but non lucratif et des fondations privées, des petites entreprises et des établissements de santé publics surtout des établissements de santé œuvrant auprès des personnes présentant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme. Il a ainsi conseillé plusieurs fondations et organismes œuvrant dans les domaines de la santé, du logement, de l’employabilité, de l’aide en cas de sinistre et des services aux citoyens. Ses conseils concernent autant l’organisation corporative et la gouvernance, que l’organisation des services, la gestion du personnel, des affaires et des relations avec les autorités gouvernementales et municipales. Il effectue le même travail auprès de plusieurs petites entreprises et de particuliers, que ce soit pour des questions de droit civil ou de droit commercial.

Me Cossette a plaidé devant les tribunaux civils du Québec et devant plusieurs tribunaux administratifs, autant en première instance qu’en révision judiciaire ou en appel. Il a aussi siégé au conseil d’administration de trois (3) établissements publics pour une période de plus de vingt (20) ans. Michel Cossette fait partie des fondateurs de l’Institut du Nouveau Monde (INM) et il en préside le conseil d’administration depuis 2007.


Mme Diane Pilotte, vice-présidente et présidente du comité de gouvernance
 Madame Pilotte ASC est présidente du conseil de l’Institut culturel Vues & Voix, ex-La Magnétothèque; elle y est également lectrice bénévole depuis 1985. Depuis 1977, Vues & Voix rend l’imprimé accessible aux handicapés perceptuels et visuels grâce aux 450 bénévoles qui, chaque semaine, enregistrent des romans, essais, biographies et livres scolaires. La radio de Vues & Voix, le « Canal VV » en ondes 24 heures et sept jours sur sept, est axée sur l’actualité et le service et propose de l’information, des renseignements, des outils et des ressources en tout genre et pour tous. Elle est détentrice d’une certification universitaire en gouvernance de sociétés de l’Université Laval, d’un certificat en marketing (HEC) et d’un certificat en leadership organisationnel (HEC).

Madame Pilotte est chargée des relations avec les représentants des commissions régionales des Nations Unies pour l’ONG PLAC 21 (ONG dotée du statut consultatif spécial conféré par le Conseil économique et social des Nations Unies): Commission économique pour l’Afrique (CEA)Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC)Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique (CESAP)Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale (CESAO)

Madame Pilotte est membre du comité exécutif (nommée par l’Office des professions) de l’Ordre de la physiothérapie du Québec.

Présidente et cofondatrice de Regard-Action de 1993 à 2001, elle y occupe le poste de trésorière depuis 2006. Regard-Action est une coopérative d’achat regroupant 200 opticiens et optométristes majoritairement du Québec, mais également du Nouveau-Brunswick, de la Saskatchewan, de l’Alberta et de la Colombie-Britannique. Les membres de la coopérative génèrent des ventes de 60M CAD par année.

Madame Pilotte est actuellement chargée de cours au département d’orthèses visuelles du Collège Édouard-Montpetit. Membre de l’Ordre des opticiens du Québec, madame Pilotte possède son entreprise depuis 1980.


M. Richard Dancause, président du comité stratégie
 Entrepreneur-né, Richard travaille depuis plus de 30 ans aux côtés de hauts dirigeants déterminés à réussir la mise en œuvre des stratégies de leur organisation. Ayant vendu les deux firmes de services conseils qu’il a fondées, Richard poursuit son implication à titre de conseiller en gouvernance et en stratégie. Recherché pour son talent à transmettre sa passion et sa capacité à créer de l’impact là où ça compte, Richard intervient également auprès d’équipes de direction. Administrateur de sociétés certifié (ASC), Richard est intervenant formateur au Collège des administrateurs de sociétés.


M. Jean-François Harel, secrétaire du conseil
 Jean François Harel est avocat de profession et détient un diplôme d’études supérieures en gestion de l’école des hautes études commerciales et est membre du Collège des administrateurs de sociétés.

Harel a œuvré quelques années en pratique privée avant de se joindre en 1989 à La Coop fédérée à titre de secrétaire général adjoint.

À ce titre, M. Harel agit comme secrétaire corporatif de l’ensemble des instances décisionnelles ou consultatives de La Coop fédérée et des nombreuses filiales de l’entreprise, dont Olymel s.e.c.

Harel a été nommé secrétaire général de La Coop fédérée en février 2012 et est appelé à coordonner différents mandats qui lui sont confiés par le président et le conseil d’administration de l’entreprise auxquels s’ajoutent le développement durable et les affaires coopératives.


Mme Julie Caron-Malenfant, Directrice générale, Institut du Nouveau Monde
 Julie Caron-Malenfant est diplômée en administration des affaires (1998). Elle détient également une maîtrise en science politique (2002). Mme Caron-Malenfant possède 15 ans d’expérience en développement local et participation publique. Elle a contribué à la réalisation de plusieurs études stratégiques et plans de développement au Mexique et sur le territoire québécois. En outre, elle a une expertise enviable en matière de concertation et de participation des parties prenantes dans des processus consultatifs et décisionnels sur des enjeux de développement durable du territoire, de ressources naturelles, de culture et d’affaires publiques. Elle a accompagné de nombreux clients dans des démarches de consultation des parties prenantes, notamment des municipalités, Conférences régionales des élus, Centres locaux de développement et divers autres organismes publics et privés. Elle est coauteure du Guide pratique de l’acceptabilité sociale : pistes de réflexion et d’action (Éditions DPRM, 2009). Au sein de l’INM, elle a piloté de nombreux dossiers et démarches d’envergure, notamment le Forum mondial de la langue française, l’Agenda 21 de la culture pour le Québec, le Jury citoyen sur le financement des partis politiques et les Rendez-vous de l’énergie.


M. Philippe Beauregard
 Philippe Beauregard dirige le Service des communications de l’Université Concordia, l’équipe chargée d’ouvrir les voies de communication entre tous les secteurs de l’établissement ainsi qu’avec le monde extérieur.

Avant sa nomination en janvier 2010, il était vice-recteur adjoint aux communications à l’Université de Montréal. Auparavant, il a occupé divers postes de cadre supérieur, notamment ceux de directeur des communications et des affaires publiques à la société de technologies CGI et directeur de campagne à Ketchum Canada. Monsieur Beauregard est aussi membre bénévole des conseils d’administration du Collège Stanstead, des Amis de la montagne et du Théâtre du Grand Jour.

Philippe Beauregard détient une maîtrise ès arts de l’Université St-Andrews.


M. Louis-Félix Binette

 Louis-Félix Binette a consacré la majeure partie des dix années de sa vie professionnelle au service public. Il a été pendant trois ans conseiller politique du ministre Benoît Pelletier en matière d’affaires autochtones et de réforme des institutions démocratiques. Il a notamment piloté le projet de révision du mode de scrutin, incluant la création d’une commission spéciale itinérante, où siégeaient de façon paritaire députés et citoyens. Il a aussi pris part à la première mise à jour, en 2006, de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels depuis son adoption en 1982. Louis-Félix a joint les rangs du Service extérieur canadien, au sein d’Affaires étrangères et Commerce international Canada, où il a oeuvré sur plusieurs projets stratégiques en lien avec l’engagement du Canada dans les Amériques. Il a été délégué à la Troisième Commission (questions sociales, humanitaires et culturelles) de l’Assemblée générale des Nations Unies puis affecté à titre de Vice-consul aux affaires politiques et économiques au Consulat général du Canada à New York. Il a collaboré au Groupe de travail sur Haïti dans les mois suivant le tremblement de terre de janvier 2010.Depuis septembre 2010, il bénéficie d’un congé du Ministère pour faire une maîtrise en sciences de la gestion (avec une spécialisation en stratégie), à HEC Montréal, où il étudie le rôle des gestionnaires intermédiaires dans la stratégie des organismes du secteur public. Louis-Félix est titulaire d’un baccalauréat en traduction de l’Université Concordia et a pratiqué le métier de traducteur pour le compte d’Air Canada et du gouvernement du Yukon ainsi qu’à titre de pigiste. En plus des deux langues officielles du Canada, il parle couramment l’espagnol, le portugais et l’allemand. Dans ses temps libres, il essaie d’apprendre l’arabe, voyage allègrement et se passionne pour la musique.


Mme Suzanne Boucher
M. Stéphane Dumont
Mme France Gervais
Mme Alice Monet
Mme Émilie Nollet
M.  Ian Parenteau

 Ian Parenteau est professeur adjoint de science politique au Collège militaire royal de Saint-Jean. Dans le cadre de ce travail, il participe régulièrement à des missions de formation en éthique militaire auprès de militaires de pays du Sud, en Afrique, en Amérique latine et en Asie du Sud Est. Ses travaux de recherche portent sur le large thème des idéologies et les mesures pour contrer l’absentéisme électoral. Pour mieux documenter ce dernier sujet, il a eu l’occasion d’observer des élections en Haïti et dans plusieurs pays en Europe notamment en Estonie pour étudier le vote électronique. En 2008, il a publié conjointement avec Danic Parenteau le livre «Les idéologies politiques. Le clivage gauche-droite», qui est couramment utilisé comme manuel dans les cégeps et les universités.

Depuis 2006, il est également le directeur du scrutin de la circonscription québécoise de Sainte-Marie-Saint-Jacques et siège comme membre du comité des directeurs du scrutin qui a pour mandat de conseiller le DGEQ.

Il a une bonne connaissance de l’INM, puisqu’il a été membre de l’équipe ayant organisé en 2004 la première École d’été. Son implication au sein du conseil d’administration est en quelque sorte la continuité logique de ce premier engagement pour la promotion de la participation citoyenne.

Il détient un doctorat en science politique de l’UQAM et un diplôme d’études approfondies de l’Université de Bourgogne à Dijon.


M. Jean-Pierre Proulx
 Jean-Pierre Proulx est né le 8 septembre 1944 du mariage de Joffre Proulx et Claire Jutras. Il a épousé Lucie Plante le 5octobre 1968. Ils sont parents de trois enfants : Louis-Martin, Étienne et Véronique.

Jean-Pierre Proulx a mené deux carrières d’à-peu-près d’égale longueur, entrecoupées par un séjour de six ans dans la fonction publique.

En mai 1968, il entre au quotidien Le Devoir comme reporter aux affaires religieuses,  puis après 1972, il est affecté principalement au secteur de l’éducation. Avant d’entrer au Devoir, il avait déjà complété une licence en théologie. Dans les années 1970, il complète un doctorat sur l’information religieuse au Québec. Lire la suite.


Mme Cloé Rayna
Mme Marie-Claire Richer
Contacter l’équipe
Découvrir nos services

Impact

Un incontournable pour découvrir ou mieux comprendre le Québec

Au cours de l’année 2003, l’INM a conclu des ententes de partenariat avec les Éditions Fides qui confient à l’INM le mandat de produire L’état du Québec , anciennement L’annuaire du Québec. Depuis 2015, L’état du Québec est publié aux éditions Del Busso.

On trouve dans L’état du Québec le bilan politique, économique, culturel et social pour l’année écoulée ainsi que des textes d’analyse, produits par des spécialistes, sur tous les grands enjeux auxquels la société québécoise est confrontée.

Destiné au grand public, L’état du Québec permet de saisir l’évolution du Québec, de sentir les préoccupations de ses citoyens, de prendre la mesure des enjeux cruciaux pour le développement de sa société.

Des idées nouvelles

Une influence sur le débat public et sur les décideurs

Depuis dix ans, l’INM a mobilisé des dizaines de milliers de citoyens et de citoyennes de tous âges, provenant des quatre coins du Québec mais aussi du monde entier, pour réfléchir, débattre et proposer des façons de dire et de rêver le Québec et le monde, le… nouveau monde, dans lequel nous souhaitons vivre.

Informer – s’approprier des enjeux complexes
Débattre – en discuter entre citoyens et entamer un dialogue avec les experts
Proposer – formuler des recommandations, des idées ou des projets relatifs aux thématiques abordées

Les Rendez-vous stratégiques sur la santé (2005), l’économie (2006), la culture (2007), les changements démographiques (2009-2011), les inégalités sociales (2012-2104) ainsi que la démocratie et la participation citoyenne (2012-2014) de l’INM ont ouvert non seulement un espace de participation citoyenne et de débat, ils ont interpellé les experts et les décideurs.

L’INM a ainsi favorisé la participation de citoyens à des débats complexes, entre autres sur:

  • les accommodements raisonnables avec la Commission Bouchard-Taylor,
  • le rôle des municipalités avec l’Union des municipalités du Québec,
  • le financement des partis politiques avec le Directeur général des élections,
  • le logement et la santé avec la Direction de santé publique de Montréal (en cours),
  • le vivre ensemble en français avec le Conseil supérieur de la langue française et la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys,
  • l’avenir du développement minier au Québec avec Minalliance et un ensemble de partenaires,
  • le rôle de la culture dans le développement durable lors du projet d’Agenda 21 de la culture du Québec.

Participer

La participation citoyenne renforce la démocratie. Embarquez avec nous!

S’inscrire à une activité
Devenir membre
Faire un don