institut du nouveau monde

Les dangers qui guettent la démocratie en temps de crise

Partie 1 - État de la démocratie

Partie 1 - État de la démocratie

Partie 1 - État de la démocratie

> Origines de la démocratie

> Origines de la démocratie

> Origines de la démocratie

Les origines de la démocratie remontent à la Grèce antique. Les premières démocraties apparaissent dans la cité d’Athènes. Le mot démocratie vient du grec ancien « demos » qui signifie le peuple, et de « kratos », le pouvoir. En d’autres termes, il s’agit du pouvoir du peuple.

Selon le Larousse, « La démocratie est un système politique, une forme de gouvernement, dans lequel la souveraineté émane du peuple ».

Des qualificatifs peuvent être associés au mot « démocratie », ayant pour effet d’en préciser le caractère. Par exemple, on distingue la démocratie représentative (système de représentation des citoyennes et citoyens par des personnes élues), de la démocratie directe (système d’exercice du pouvoir directement par les citoyennes et citoyens, sans l’intermédiaire de personnes élues) et de la démocratie participative (système où les citoyennes et citoyens éclairent la prise de pouvoir par divers moyens).

Dans la réalité, ces différents types de démocraties ne s’opposent pas nécessairement mais sont complémentaires, c’est-à-dire qu’une société peut adopter un modèle de gouvernance qui mobilise à la fois des mécanismes de démocratie représentative, de démocratie directe et de démocratie participative.

Les origines de la démocratie remontent à la Grèce antique. Les premières démocraties apparaissent dans la cité d’Athènes. Le mot démocratie vient du grec ancien « demos » qui signifie le peuple, et de « kratos », le pouvoir. En d’autres termes, il s’agit du pouvoir du peuple.

Selon le Larousse, « La démocratie est un système politique, une forme de gouvernement, dans lequel la souveraineté émane du peuple ».

Des qualificatifs peuvent être associés au mot « démocratie », ayant pour effet d’en préciser le caractère. Par exemple, on distingue la démocratie représentative (système de représentation des citoyennes et citoyens par des personnes élues), de la démocratie directe (système d’exercice du pouvoir directement par les citoyennes et citoyens, sans l’intermédiaire de personnes élues) et de la démocratie participative (système où les citoyennes et citoyens éclairent la prise de pouvoir par divers moyens).

Dans la réalité, ces différents types de démocraties ne s’opposent pas nécessairement mais sont complémentaires, c’est-à-dire qu’une société peut adopter un modèle de gouvernance qui mobilise à la fois des mécanismes de démocratie représentative, de démocratie directe et de démocratie participative.

Les origines de la démocratie remontent à la Grèce antique. Les premières démocraties apparaissent dans la cité d’Athènes. Le mot démocratie vient du grec ancien « demos » qui signifie le peuple, et de « kratos », le pouvoir. En d’autres termes, il s’agit du pouvoir du peuple.

Selon le Larousse, « La démocratie est un système politique, une forme de gouvernement, dans lequel la souveraineté émane du peuple ».

Des qualificatifs peuvent être associés au mot « démocratie », ayant pour effet d’en préciser le caractère. Par exemple, on distingue la démocratie représentative (système de représentation des citoyennes et citoyens par des personnes élues), de la démocratie directe (système d’exercice du pouvoir directement par les citoyennes et citoyens, sans l’intermédiaire de personnes élues) et de la démocratie participative (système où les citoyennes et citoyens éclairent la prise de pouvoir par divers moyens).

Dans la réalité, ces différents types de démocraties ne s’opposent pas nécessairement mais sont complémentaires, c’est-à-dire qu’une société peut adopter un modèle de gouvernance qui mobilise à la fois des mécanismes de démocratie représentative, de démocratie directe et de démocratie participative.

Partie 1 - État de la démocratie

Partie 1 - État de la démocratie

Partie 1 - État de la démocratie

> La démocratie au Canada

> La démocratie au Canada

> La démocratie au Canada

Le Canada s’est doté d’une démocratie parlementaire. Il s’agit donc d’une démocratie représentative. Les citoyennes et les citoyens élisent des personnes qui les représentent à trois principaux niveaux de gouvernement (municipal, provincial et fédéral). Des représentantes et représentants sont également élus à d’autres échelles. Certaines populations votent par exemple lors d’élections scolaires, comme c’est encore le cas pour les services scolaires anglophones au Québec.

Le Canada étant très diversifié en termes de cultures et d'aspirations, de nombreux problèmes complexes ne peuvent être résolus par les gouvernements seuls. Pour cette raison, il convient de compléter les mécanismes de représentation avec d’autres mécanismes de démocratie directe tels que les référendums mais aussi avec des mécanismes de participation citoyenne pour que la population puisse contribuer aux affaires publiques entre les élections de leurs représentantes et représentants.

Le Canada s’est doté d’une démocratie parlementaire. Il s’agit donc d’une démocratie représentative. Les citoyennes et les citoyens élisent des personnes qui les représentent à trois principaux niveaux de gouvernement (municipal, provincial et fédéral). Des représentantes et représentants sont également élus à d’autres échelles. Certaines populations votent par exemple lors d’élections scolaires, comme c’est encore le cas pour les services scolaires anglophones au Québec.

Le Canada étant très diversifié en termes de cultures et d'aspirations, de nombreux problèmes complexes ne peuvent être résolus par les gouvernements seuls. Pour cette raison, il convient de compléter les mécanismes de représentation avec d’autres mécanismes de démocratie directe tels que les référendums mais aussi avec des mécanismes de participation citoyenne pour que la population puisse contribuer aux affaires publiques entre les élections de leurs représentantes et représentants.

Le Canada s’est doté d’une démocratie parlementaire. Il s’agit donc d’une démocratie représentative. Les citoyennes et les citoyens élisent des personnes qui les représentent à trois principaux niveaux de gouvernement (municipal, provincial et fédéral). Des représentantes et représentants sont également élus à d’autres échelles. Certaines populations votent par exemple lors d’élections scolaires, comme c’est encore le cas pour les services scolaires anglophones au Québec.

Le Canada étant très diversifié en termes de cultures et d'aspirations, de nombreux problèmes complexes ne peuvent être résolus par les gouvernements seuls. Pour cette raison, il convient de compléter les mécanismes de représentation avec d’autres mécanismes de démocratie directe tels que les référendums mais aussi avec des mécanismes de participation citoyenne pour que la population puisse contribuer aux affaires publiques entre les élections de leurs représentantes et représentants.

Partie 1 - État de la démocratie

Partie 1 - État de la démocratie

Partie 1 - État de la démocratie

> La place des démocraties dans le monde

> La place des démocraties dans le monde

> La place des démocraties dans le monde

D’après le Democracy Index publié par The Economist Intelligence Unit, seuls 20 pays sur 165 sont qualifiés de démocraties complètes. Le Canada en fait partie.

Une démocratie complète est, selon cet index, un État où les citoyennes et citoyens, ainsi que l’ensemble des acteurs de la société, disposent de multiples moyens pour s’exprimer et pour agir, et surtout, de la liberté de le faire.

Toujours d’après cette source, on compte une cinquantaine de régimes autoritaires dans le monde. L’index témoigne aussi que l’état des démocraties dans le monde s’est globalement détérioré depuis 2006.

D’après le Democracy Index publié par The Economist Intelligence Unit, seuls 20 pays sur 165 sont qualifiés de démocraties complètes. Le Canada en fait partie.

Une démocratie complète est, selon cet index, un État où les citoyennes et citoyens, ainsi que l’ensemble des acteurs de la société, disposent de multiples moyens pour s’exprimer et pour agir, et surtout, de la liberté de le faire.

Toujours d’après cette source, on compte une cinquantaine de régimes autoritaires dans le monde. L’index témoigne aussi que l’état des démocraties dans le monde s’est globalement détérioré depuis 2006.

D’après le Democracy Index publié par The Economist Intelligence Unit, seuls 20 pays sur 165 sont qualifiés de démocraties complètes. Le Canada en fait partie.

Une démocratie complète est, selon cet index, un État où les citoyennes et citoyens, ainsi que l’ensemble des acteurs de la société, disposent de multiples moyens pour s’exprimer et pour agir, et surtout, de la liberté de le faire.

Toujours d’après cette source, on compte une cinquantaine de régimes autoritaires dans le monde. L’index témoigne aussi que l’état des démocraties dans le monde s’est globalement détérioré depuis 2006.

Partie 1 - État de la démocratie

Partie 1 - État de la démocratie

Partie 2 - Les dangers qui guettent la démocratie en temps de crise?

> La crise sanitaire, un danger pour la démocratie?

> La crise sanitaire, un danger pour la démocratie?

> La crise sanitaire, un danger pour la démocratie?

Si le Canada est une démocratie complète, cela ne signifie pas que c’est une démocratie parfaite.

Depuis de nombreuses années, plusieurs dangers guettent les régimes démocratiques. Le Canada ne fait pas figure d’exception. La participation électorale reste l’un des points faible de notre démocratie, comme le révèle The economist intelligence unit. Un recul du taux de participation aux dernières élections provinciales a été observé dans de nombreuses provinces. Au Québec, il est passée de 71% à 66% entre 2014 et 2018.

L’engagement citoyen et communautaire, indicateur de la santé de notre démocratie, a lui aussi diminué entre 2018 et 2019, passant de 87% à 77%.

Début 2020, une autre menace est apparue : la pandémie de la COVID-19. Si elle s’avère être un danger pour la santé de chacun, elle en représente également un pour la démocratie, et ce pour plusieurs raisons.

Élargissement des pouvoirs des gouvernements, restrictions des libertés individuelles et surveillance accrue des citoyennes et citoyens sont autant de raisons de craindre l’impact de la COVID-19 sur nos démocraties.

Si le Canada est une démocratie complète, cela ne signifie pas que c’est une démocratie parfaite.

Depuis de nombreuses années, plusieurs dangers guettent les régimes démocratiques. Le Canada ne fait pas figure d’exception. La participation électorale reste l’un des points faible de notre démocratie, comme le révèle The economist intelligence unit. Un recul du taux de participation aux dernières élections provinciales a été observé dans de nombreuses provinces. Au Québec, il est passée de 71% à 66% entre 2014 et 2018.

L’engagement citoyen et communautaire, indicateur de la santé de notre démocratie, a lui aussi diminué entre 2018 et 2019, passant de 87% à 77%.

Début 2020, une autre menace est apparue : la pandémie de la COVID-19. Si elle s’avère être un danger pour la santé de chacun, elle en représente également un pour la démocratie, et ce pour plusieurs raisons.

Élargissement des pouvoirs des gouvernements, restrictions des libertés individuelles et surveillance accrue des citoyennes et citoyens sont autant de raisons de craindre l’impact de la COVID-19 sur nos démocraties.

Si le Canada est une démocratie complète, cela ne signifie pas que c’est une démocratie parfaite.

Depuis de nombreuses années, plusieurs dangers guettent les régimes démocratiques. Le Canada ne fait pas figure d’exception. La participation électorale reste l’un des points faible de notre démocratie, comme le révèle The economist intelligence unit. Un recul du taux de participation aux dernières élections provinciales a été observé dans de nombreuses provinces. Au Québec, il est passée de 71% à 66% entre 2014 et 2018.

L’engagement citoyen et communautaire, indicateur de la santé de notre démocratie, a lui aussi diminué entre 2018 et 2019, passant de 87% à 77%.

Début 2020, une autre menace est apparue : la pandémie de la COVID-19. Si elle s’avère être un danger pour la santé de chacun, elle en représente également un pour la démocratie, et ce pour plusieurs raisons.

Élargissement des pouvoirs des gouvernements, restrictions des libertés individuelles et surveillance accrue des citoyennes et citoyens sont autant de raisons de craindre l’impact de la COVID-19 sur nos démocraties.

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Shadow
Slider