Amélie Souffrant
Membre du comité d’écriture de l’avis jeunesse sur le vivre ensemble

La Démarche jeunesse sur le vivre ensemble mettra à l’avant-plan le vivre ensemble et invitera les jeunes à une réflexion approfondie sur les thèmes et défis du vivre ensemble. Les jeunes qui y participent seront mis en contact avec des experts et des expertes de ces questions, mais également avec des modèles inspirants, issus notamment des minorités ethnoculturelles et racisées, et capables d’insuffler une réflexion positive et stimulante.

Dans le cadre de la démarche, 12 jeunes on été sélectionnés afin d’écrire un avis jeunesse qui se nourri des résultats des différentes activités de la Démarche sur le vivre ensemble. L’avis sera présentée au ministère de de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI).


Biographie d’Amélia Souffrant

Québécoise d’origine haïtienne, âgée de 19 ans, j’ai toujours vécu à Montréal. Le vivre ensemble est un enjeu qui a constamment été présent au cours de mon parcours dû à la pluralité des communautés ethnoculturelles qui cohabitent au sein de cette métropole, mais aussi en raison de ma propre appartenance à une communauté racisée. Je participe à la rédaction de l’avis jeunesse sur le vivre ensemble, car je désire m’impliquer concrètement en apportant mes connaissances, mes réflexions et mes expériences pour nourrir cette réflexion collective. Je suis d’avis que ce projet peut enrichir ma compréhension de ce concept, qui est d’ailleurs très complexe, et qu’il peut grandement m’en apprendre sur la société dans laquelle je vis.

Ayant une grande curiosité intellectuelle, j’ai complété mon diplôme d’études collégiales en Sciences, lettres et arts, un programme multidisciplinaire qui m’a permis d’évoluer dans divers champs de savoir. Passionnée de littérature et d’arts visuels et intriguée par les sciences naturelles, mon intérêt pour les sciences humaines s’est toutefois concrétisé durant ces deux belles années au sein de ce programme. Je poursuis présentement mes études en droit à l’Université McGill.