À la découverte de la SAT et Place to B

La Société des arts technologiques (SAT). Crédit : Lucas Raheriarivony
La Société des arts technologiques (SAT). Crédit : Lucas Raheriarivony

Par Lucas Raheriarivony, le 12 août 2016

Cette année, le profil « Communication » de l’École d’été de l’Institut du Nouveau Monde (INM), qui se tient en parallèle du Forum social mondial (FSM), a établi sa base dans la Société des arts technologiques (SAT) où tous les médias sont réunis au sein d’une salle de presse participative.

Les dessous de la SAT

Mais qu’est-ce que la SAT ? Avant d’être une salle de spectacle située à deux pas de la Place des Arts, c’est d’abord un organisme culturel qui a pour objectif la promotion et le développement de nouvelles formes d’expression artistique. Parmi ses spécialités, on peut citer les expériences immersives comme la réalité augmentée.

Au troisième et dernier étage, la SAT dispose d’ailleurs d’un dôme modulable, la « Satosphère », dont les huit projecteurs vidéo et les 157 haut-parleurs permettent de créer des expériences visuelles à 360°.

Un espace de travail signé Place to B

La salle de presse de l’École d’été de l’INM est située au rez-de-chaussée de la SAT où sont habituellement donnés des concerts. Loin d’être un espace de travail conventionnel, elle a été aménagée comme un lieu de co-working par Place to B Canada, la branche locale d’un organisme originaire de France.

Les médias à l'oeuvre dans la salle de presse de la SAT. Crédit : Lucas Raheriarivony
Les médias à l’oeuvre dans la salle de presse de la SAT. Crédit : Lucas Raheriarivony

Préoccupé par les causes environnementales et sociales, Place to B a vu le jour à Paris fin 2015 dans le cadre de la COP21. La division canadienne est quant à elle née en janvier 2016. Sa participation au FSM constitue sa première opération d’envergure.

La parole au public

Place to B accueille aussi les participants du FSM. De nombreux ateliers participatifs sont ainsi proposés. Envie de refaire le monde en débattant autour de sujets variés avec d’autres visiteurs? Les « discussions au coin du feu » sont là pour ça (rassurez-vous, le feu de camp est factice).

L'arbre aux nouvelles, bien garni à l'issue du FSM. Crédit : Lucas Raheriarivony
L’arbre aux nouvelles, bien garni à l’issue du FSM. Crédit : Lucas Raheriarivony

Autre atelier proposé : l’arbre aux nouvelles sur lequel chacun peut accrocher ce qui lui passe par la tête, qu’il s’agisse d’une idée, d’un poème ou encore d’un dessin.

Enfin, les participants sont invités à indiquer leur provenance sur un grand planisphère et à partager leur définition du mot « maison » dans une sorte de livres d’or. « Ces ateliers ont pour objectif de donner une voix aux sans voix », selon Julia Villa, responsable de Place to B Canada.