Centre de documentation sur l’engagement des femmes

À l’aube du centenaire du droit de vote des femmes au Canada, l’Institut du Nouveau Monde (INM) souhaite mettre à profit son expertise dans l’engagement des jeunes à la vie démocratique pour mener sur une démarche sous le thème de « Jeunes femmes et engagement ».

Le projet « Jeunes femmes et engagement » permettra à plus de 600 jeunes Québécois de 16 à 30 ans de dialoguer et de s’engager sur des enjeux politiques ou sociaux. Le centenaire en 2016 sera l’occasion par excellence pour les jeunes de connaître l’histoire des femmes canadiennes à travers différentes facettes du mouvement des femmes au Canada, de se questionner sur le Canada d’aujourd’hui, de suggérer des actions positives pour continuer à faire progresser l’engagement des jeunes femmes et de sensibiliser leurs pairs aux problématiques identifiées.

Cette démarche, qui s’étend de 2015 à 2017, cible les jeunes de 16 à 30 ans du territoire québécois et s’appuie sur des principes clés, dont la représentativité, le bilinguisme et l’appropriation. Des réseaux de jeunes et de femmes contribueront également à la démarche.

Présentation de la démarche Jeunes femmes et engagement

Par ses activités, l’INM propose une démarche délibérative structurée, basée sur la formule « informer, débattre, proposer ». La démarche « Jeunes femmes et engagement » suit cette formule pour se décliner en trois phases. La première phase de la démarche — informer — vise à mettre en valeur l’histoire et le patrimoine canadien par trois grandes conférences d’information diffusées en ligne. Nous profiterons de l’École d’été 2015, qui se tiendra à Laval du 12 au 15 août, pour inaugurer la démarche et présenter la première conférence « Dîner-conférence avec Lise Payette ». Cette phase enrichira notre documentation et permettra de constituer une base de participation pour les suites de la démarche.

La deuxième phase — débattre — a pour objectif d’amener les jeunes à se questionner sur le Canada d’aujourd’hui et à suggérer des actions positives pour faire progresser l’engagement des jeunes femmes. Cette étape prendra la forme de forums de discussion dans cinq régions du Québec et d’une délibération en ligne. Pour annoncer le lancement de cette phase 2, l’INM compte sur l’un de ses événements phares et récurants : son École d’hiver 2016. Les propositions récoltées lors de cette phase serviront de base à un plus vaste exercice de priorisation mené sur la plateforme de délibération en ligne. Grâce au dialogue virtuel, nous amènerons les jeunes à réfléchir et à identifier des problématiques et des pistes de solutions porteuses en vue de la phase 3.

La troisième phase — proposer — s’appuiera sur les problématiques identifiées par les jeunes lors de l’étape précédente. Elle débutera avec le lancement d’un concours : produire une campagne de sensibilisation publicitaire s’adressant à ses pairs. Les jeunes seront alors invités à présenter des propositions de campagnes de sensibilisation publicitaire à partir des problématiques identifiées à la phase 2. Les concepts présentés par les jeunes seront soumis au vote du public, et les vidéos les plus populaires seront soumises à un jury pour déterminer le concept gagnant. Les gagnants auront accès à une équipe de professionnels pour concrétiser leur proposition.

Portée de la démarche

Du 1er juin 2015 au 31 mars 2017, dix jeunes formeront un comité de pilotage jeunesse du projet, 300 jeunes participeront à une série de trois conférences, 175 jeunes dialogueront lors de forums de discussions partout au Québec, 100 dialogueront sur une plateforme de délibération en ligne et 30 jeunes, en équipe, soumettront un concept lors d’un concours de campagne de sensibilisation publicitaire sur trois problématiques ciblées.

Au cours de différentes phases de la démarche, environ 615 jeunes seront directement engagés. Avec la campagne de sensibilisation télévisée et la mobilisation sur les réseaux sociaux, on peut également compter près de 10 000 jeunes indirectement engagés. Ce nombre repose en grande partie sur les votes de la communauté pour la sélection des concepts favoris et les visionnements de la campagne de sensibilisation gagnante.

Ainsi, l’ensemble de ces activités contribuera à accroître l’engagement des jeunes. Une fois la démarche complétée, elle aura permis de faire évoluer les mentalités quant à l’engagement des femmes, tout en valorisant la créativité des jeunes, l’art et la culture.

Présentation de la recherche documentaire

Préalablement au déploiement des trois phases énoncées précédemment, nous avons préparé ce document de référence. En effet, l’objectif de cette recherche documentaire est d’en faire un document de référence et d’identifier quelques-unes des problématiques d’actualité sur l’engagement des jeunes femmes. Ce document est destiné aux participants à la démarche, de même qu’aux intervenants, aux conférenciers et aux partenaires.

Dans ce document de référence, nous présenterons d’abord un survol historique de l’engagement des jeunes femmes au Québec et au Canada depuis les 100 dernières années. Puis, nous verrons l’état de la situation sur l’engagement des femmes. Cette partie vise à asseoir l’objet de la démarche et à confirmer la pertinence de s’intéresser aux questions féministes, ainsi qu’à dresser le portrait de la situation actuelle quant à l’engagement des femmes. Enfin, nous soulèverons des enjeux d’actualité qui touchent à l’engagement des jeunes femmes.

Au niveau méthodologique, les informations présentées dans ce document de référence s’appuient sur une recherche documentaire. Si le public ciblé par la démarche est constitué des jeunes du Québec âgés de 16 à 30 ans, la recherche s’intéressait à un public et à un territoire plus vastes. Les recherches ont ainsi porté sur le Québec, mais aussi sur le Canada de même que sur les femmes de tout âge. Nous toucherons aux préoccupations de groupes de femmes marginalisées — immigrantes, autochtones, etc. — sans pour autant prétendre à une recherche exhaustive.