Élise-Ariane Cabirol

Présidente, Table de concertation des forums jeunesse régionaux du Québec

Les forums jeunesse, en travaillant auprès des jeunes de moins de 35 ans depuis plusieurs années, sont à même de constater que la participat ion citoyenne a de nombreux impacts positifs, tant sur les jeunes que sur leur milieu. On s’engage souvent sans se douter des effets que cela aura sur soi. Il y a huit ans, j’arrivais dans ma région d’adoption, l’Abitibi-Témiscamingue, et j’y faisais le choix de la participation citoyenne. Je ne cesse depuis de récolter les fruits de mon engagement : en contribuant à la transformation et à l’amélioration de mon milieu, j’ai appris à connaître et à aimer ce coin de pays, et j’ai développé toute une panoplie de compétences ainsi qu’un réseau d’amis d’une richesse incroyable. Ça a été ma manière de trouver ma place et de m’ancrer dans ma communauté.

Pour d’autres, la participation citoyenne aura un effet orientant, leur permettant de découvrir des choix de carrière méconnus. Ou encore, elle leur fera vivre des succès qui auront un impact positif sur leur persévérance scolaire et leur estime de soi. Pour les groupes qui décident de se mettre en action afin de dynamiser leur communauté, la participation citoyenne favori- sera la prise en charge et le développement de l’expertise directement dans leur milieu. Le tissu social et la capacité collective de relever des défis n’en seront alors que renforcés.

La participation citoyenne, c’est aussi un moyen de « réintroduire l’humain dans la logique du développement », comme l’avance Bernard Vachon dans le titre d’un ouvrage portant sur le déve- loppement local. En faisant une place aux citoyens et citoyennes, on s’assure que les personnes appelées à prendre les décisions comprennent et intègrent mieux les besoins de leur communauté dans leurs choix. En effet, une décision réfléchie à plusieurs est généralement plus riche, et les échanges font souvent naître de nouvelles idées plus complexes et plus complètes. Ainsi, la participation citoyenne favorise l’acceptabilité sociale des projets, tout en mobilisant les gens, qui ne subissent plus les décisions mais en deviennent partie prenante.

En revanche, un exercice où le citoyen n’a aucune influence sur le résultat final risque d’entraîner l’effet inverse, de susciter démobilisation et cynisme. La participation citoyenne doit aller au-delà des simples apparences de consultation. Pour qu’elle soit utile, il importe de mettre en place des processus qui s’intéressent véritablement au point de vue des citoyens et citoyennes et leur accordent un pouvoir réel. Notre développement en tant que société et notre capacité à affronter la complexité croissante des enjeux actuels dépendent notamment de la participation citoyenne : c’est en mettant en commun et en confrontant nos idées, en délibérant et en acceptant l’inévitable compromis entre nos besoins et ceux des autres que pourront émerger davantage de solidarité et d’intelligence collective.