Chargement…

[Re]connexion : l’École d’été 100% numérique de l’INM

Une nouvelle occasion d’exercer sa citoyenneté et de contribuer au Québec de demain

À travers un ou plusieurs profils de participation qui s’enchaînent du 21 juillet au 12 novembre 

Un Lab média pour documenter la réflexion entourant le travail des participantes et participants

Des tables rondes ouvertes à tout le monde pour lancer chacun des profils de participation

Télécharger le document de présentation
document de presentation ee2020
Inscription

L’École d’été de l’INM, c’est l’occasion de rencontrer d’autres jeunes engagés et de développer ses compétences citoyennes en échangeant lors de conférences, de tables rondes et d’ateliers participatifs avec des personnalités engagées et reconnues pour leur expertise.

Depuis 2004, l’École d’été de l’INM permet aux jeunes de 15 à 35 ans d’exercer leur citoyenneté en développant des propositions, des projets et en mettant en œuvre leurs compétences. L’École d’été va au-delà d’un lieu d’apprentissage : c’est un moment privilégié pour développer son réseau et se mettre en action.

En raison de la situation exceptionnelle que nous vivons du fait de la COVID-19, l’INM vous propose une École d’été 100% numérique avec pour thème [Re]connexion. 

Si l’École d’été se transforme cette année, elle revient aussi aux sources! Les profils, le coeur de l’École, seront mis à l’honneur. Comme toujours, ils visent à explorer la participation citoyenne sous différentes postures d’implication en vous proposant un engagement citoyen singulier. Ce sont des séances de travail en groupe où des mentors passionnés transmettent leur expérience et leur expertise dans le domaine choisi, en offrant une diversité de points de vue. 

Inscription gratuite – Places limitées

Programmation

Si l’humanité est confinée, elle tente de demeurer connectée. En ébranlant nos certitudes, la situation actuelle exige une profonde remise en question. Cette année, l’École d’été compte sur vous pour reprendre contact. C’est l’occasion d’effectuer de nouvelles rencontres, de s’engager pour la suite, de tisser des liens dans un contexte de distanciation physique. C’est une invitation à franchir l’écran et à réfléchir collectivement au Nouveau Monde qui se dessine et à des changements porteurs d’avenir.

Depuis 17 ans, l’INM oeuvre à rassembler, mobiliser, engager la réflexion collective et encourager l’innovation. Sous nos yeux se dévoile la nécessité de coconstruire un avenir commun, une société plus juste, plus verte et plus solidaire. Cette nouvelle mouture de l’École d’été pourra se permettre d’innover comme jamais auparavant, d’expérimenter de nouvelles approches, et agira à titre de véritable laboratoire citoyen. Bien que sa forme sera résolument différente des éditions précédentes, les fondations propres à l’École d’été demeurent. En effet, cette édition s’inscrit encore une fois dans la démarche de l’INM en participation citoyenne : informer, débattre et proposer.

La programmation de l’École d’été : le choix parmi 4 profils et un lab média

3. Profil mobilisation
AGIR EN LIGNE pour la parité, en collaboration avec OXFAM-Québec

Du 14 septembre au 19 octobre

S’inscrire au profil

Si la tendance se maintient, le Forum économique mondial prévoit qu’à l’échelle internationale la parité dans plusieurs secteurs, dont la politique et l’emploi, ne sera atteinte que dans… 99,5 ans! S’inscrivant dans le cadre de la campagne C’est pour elles aussi!, ce profil permettra d’explorer les notions d’égalité des genres, de parité et d’intersectionnalité. Il vise également à développer des compétences techniques en audiovisuel et des connaissances en marketing numérique afin de parvenir à construire un argumentaire structuré et convaincant qui maximisera l’effet des communications sur les réseaux sociaux. Ce profil propose aussi de réfléchir au rôle de leader ainsi qu’au pouvoir d’influence. Les participants et participantes seront invités à réaliser des actions en ligne en faveur de la parité. Ces dernières seront publiées sur les réseaux sociaux et partagées aux décideuses et aux décideurs.

Mentore du profil

Antonella De Troia
Agente de mobilisation 18 – 30 ans et grand public chez OXFAM-Québec. Responsable de l’organisation du profil Mobilisation : Agir en ligne pour la parité et du projet C’est pour elles aussi!

Son intérêt pour les droits humains et la coopération internationale a amené Antonella à suivre des programmes d’études internationales et de droit international. Elle travaille depuis  maintenant  quatre ans  au  sein  d’Oxfam-Québec où  elle a réalisé des projets pour des jeunes de  tout âge  (allant de 5 à 30 ans!).  Cela  lui  a  permis  de  développer  des  compétences  en conception d’outils pédagogiques, en évènementiel, en animation et  en  sensibilisation  à  la  solidarité  internationale,  ici  et  ailleurs. Sensible  aux  enjeux  de  la  diversité  et  de  la  parité,  Antonella  est fière de contribuer à façonner une société plus juste.

Séance 1 – Informer | 14 septembre, 12 h | Session en direct sur Zoom
Table ronde « Regards croisés sur la parité : points de vue du Québec et de la France »
Activité ouverte aux non participants de l’École d’été

« Regards croisés sur la parité : points de vue du Québec et de la France » s’intéressera à la notion de parité de ces deux côtés de l’Atlantique. Peut-on affirmer que la parité est atteinte dans certains lieux décisionnels en France? Qu’en est-il au Québec? Comment favoriser une représentation plus égalitaire dans l’exercice du pouvoir? Quels moyens devraient être privilégiés? Kharoll-Ann Souffrant, étudiante au doctorat en service social à l’Université d’Ottawa et Claire Jacquin, étudiante chercheuse en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales, discutent de ces questions.

Kharoll-Ann Souffrant, Étudiante au doctorat en service social, Université d’Ottawa

Née à Montréal et d’origine haïtienne, Kharoll-Ann Souffrant est travailleuse sociale, conférencière, étudiante au doctorat en service social à l’Université d’Ottawa et boursière Vanier. Ses travaux de recherche portent sur les liens entre mouvements féministes en ligne, le racisme anti-noir et les violences sexuelles au Québec selon une perspective intersectionnelle. Au cours des dernières années, elle a œuvré tant bénévolement que professionnellement auprès de populations présentant des difficultés psychosociales diverses à Montréal. Elle est Fellow 2020-21 du programme de eadership Action Canada. Plus récemment, elle a été sélectionnée comme boursière 2020 des Nations Unies pour les personnes d’ascendance africaine par le Haut Commissariat des droits de l’Homme, à Genève.


Claire Jacquin, étudiante chercheuse en sociologie

Militante politique et féministe, Claire s’engage pour l’égalité des droits au sein d’associations et de parti politique. Convaincue de la nécessité d’une recherche au service d’avancées sociales, elle détient une première année de master en Études sur le genre à l’École des hautes études en sciences sociales, à Paris. Elle s’intéresse aux violences sexistes et sexuelles au sein des organisations politiques de jeunesse, questionnant la protection de l’organisation et ainsi, l’absence d’outils permettant de lutter efficacement contre ces violences. 

Claire poursuit aujourd’hui ses études en master 2 de sociologie dans cette même école de recherche, se spécialisant en sociologie de l’engagement. Ses recherches s’orientent alors sur les trajectoires biographiques des militant-e-s et de leur évolution au sein des organisations partisanes, sous un angle intersectionnel. Elle souhaite poursuivre ses études par un doctorat en France ou au Québec, province qu’elle a pu découvrir en s’engageant en service civique à l’Office franco-québécois pour la jeunesse.

Séance 2 – Informer | Trousse d’outils numérique
Appropriation des enjeux
Diffusion de contenu informatif en lien avec le profil (balado, lecture, infographie, etc.)

Séance 3 – Débattre | mardi 29 septembre de 16 h 30 à 19 h |  Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)

AGIR EN LIGNE: ON EXPLORE LES ENJEUX
avec Antonella De Troia, Sarah-Lee Villeneuve, Meliza Alili, Halimatou Bah et Kevin Hakim Étienne

« Agir en ligne : On explore les enjeux » est une séance qui permettra aux personnes participantes de briser la glace et de se familiariser avec certains concepts-clés, tels que la parité, l’égalité des genres ainsi que l’approche intersectionnelle. Un panel de jeunes engagés se joindra au groupe pour enrichir les échanges.


ANIMATION

Antonella De Troia – Agente de mobilisation 18 – 30 ans et grand public chez Oxfam-Québec. Responsable de l’organisation du profil Mobilisation : Agir en ligne pour la parité et du projet C’est pour elles aussi!

Son intérêt pour les droits humains et la coopération internationale a amené Antonella à suivre des programmes d’études internationales et de droit international. Elle travaille depuis  maintenant  quatre ans  au  sein  d’Oxfam-Québec où  elle a réalisé des projets pour des jeunes de  tout âge  (allant de 5 à 30 ans!).  Cela  lui  a  permis  de  développer  des  compétences  en conception d’outils pédagogiques, en évènementiel, en animation et  en  sensibilisation  à  la  solidarité  internationale,  ici  et  ailleurs. Sensible  aux  enjeux  de  la  diversité  et  de  la  parité,  Antonella  est fière de contribuer à façonner une société plus juste.

Sarah-Lee Villeneuve

Sarah-Lee a participé au profil Plaidoyer – Parité dans les instances décisionnelles (organisé par Oxfam-Québec), offert par l’INM à l’École d’été 2019. Elle s’occupait des communications du groupe campus d’Oxfam-Québec à l’Université Laval en 2019 et a co-organisé la formation en cyberactivisme contre les stéréotypes sexistes d’Oxfam-Québec, en janvier 2020.  Elle souhaite connaître et échanger avec des personnes qui ont à coeur les valeurs et les intérêts qu’Oxfam-Québec véhicule: le respect, la solidarité, l’innovation et le partage du savoir. Elle est convaincue que les jeunes représentent une force vive, capable de provoquer des changement et de contribuer de façon appréciable à un monde juste et paritaire. Sarah Lee croit que le changement commence par améliorer notre propre personne, écouter et discuter à propos de sujets en lien avec la justice sociale autant au niveau micro que macro-social.

Meliza Alili

Détentrice d’un baccalauréat en sciences politiques de l’UQAM, Meliza Alili a entamé récemment sa maîtrise en droit international, où elle s’intéresse particulièrement aux enjeux environnementaux et à la question des droits humains. C’est après avoir effectué un mandat de travail en coopération internationale, au Sénégal, qu’elle a réaffirmé son engagement auprès des communautés vulnérables et sa sensibilité aux identités intersectionnelles. Elle a travaillé précédemment avec des jeunes montréalais et montréalaises issu.es des communautés ethnoculturelles pour les impliquer dans divers projets de participation citoyenne. Lorsqu’elle a un moment pour elle, Meliza laisse aller ses idées dans l’écriture et depuis peu, elle chérit l’idée de tenir un blogue.

INVITÉ-ES

Kevin Hakim Étienne

Kevin Hakim Etienne est un jeune d’origine haïtienne né à Montréal. Ayant principalement été élevé par deux figures maternelles en sa mère et sa grand-mère, il est plus que conscient de l’apport de la femme au développement d’une société et prône le combat contre le sexisme, le harcèlement et la violence envers celle-ci.
Actuellement étudiant au baccalauréat en génie électrique, le désir de pouvoir redonner à sa communauté a toujours été un grand facteur de motivation dans son parcours en tant qu’individu. De ce fait, misant aussi sur la technologie, il souhaite ultimement contribuer à un monde de demain plus inclusif et écoresponsable.

Halimatou Bah

Halimatou Bah détient un baccalauréat en sciences politiques de l’UQAM, une maîtrise en administration publique ainsi qu’un certificat en évaluation de programme de l’ENAP. Féministe et engagée, elle lutte vigoureusement contre les injustices et les violences faites aux femmes particulièrement la violence conjugale et les mutilations génitales féminines.

Séance 4 – Débattre | mardi 6 octobre de 17 h 30 à 20 h | Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)

AGIR EN LIGNE: ON SE FORME

avec Antonella De Troia, Sarah-Lee Villeneuve, Sikhumbuzo Gumbi Dionne, Sandrine Rose Hélie, Halimatou Bah, Meliza Alili, Laurence C. Germain et Candice Zogo

« Agir en ligne : On se forme » est une séance qui permettra de s’approprier les techniques de base pour la création et la promotion numérique d’un message engagé.


ANIMATION

Antonella De Troia, Sarah-Lee Villeneuve, Halimatou Bah et

Sikhumbuzo Gumbi Dionne

Sikhumbuzo Dionne est un jeune engagé ayant une paralysie cérébrale. Depuis quelques années, il est impliqué au sein de sa communauté, notamment en faisant du bénévolat au sein de Jeunesse Au Soleil, en travaillant à la banque alimentaire et avec les plus jeunes. Il a aussi participé au projet C’est pour elles aussi! d’Oxfam-Québec, notamment en participant à une formation en cyberactivisme. Celle-ci lui permis de comprendre certains enjeux tels que la parité, la justice de genre, l’intersectionnalité et lui a donné les outils pour militer contre les stéréotypes sexistes et racistes. De plus, cette formation a changé son regard et sa posture d’allié en tant qu’homme dans cette lutte.

INVITÉ-ES

Sandrine Rose Hélie

Finissante au baccalauréat en administration à l’Université Laval, Sandrine se spécialise en gestion de projet et développement durable. Son parcours est grandement teinté par les arts de la scène et la solidarité internationale. Sandrine aime mettre sa créativité au service des causes qui lui tiennent à cœur. Elle s’implique de longue date auprès des nouveaux arrivants, une manière très concrète pour elle d’avoir un impact sur sa communauté. En 2017, elle collabore avec un collectif de femme au Bénin, ce qui la sensibilise à la parité homme-femme. En réalisant ses privilèges, Sandrine ressent d’autant plus le besoin de s’engager. Elle devient donc membre du C.A. du Carrefour d’éducation à la Solidarité internationale où elle organise des animations en éducation à la citoyenneté mondiale auprès de jeunes (8-15 ans) de Québec.

En janvier 2020, elle commence à s’impliquer auprès du groupe campus de Oxfam Québec Université Laval. Elle participe à la formation en cyberactivisme dans le cadre de la campagne “C’est pour elles aussi!”. À la suite de cette formation, elle coproduit avec Laure Gosselin une vidéo sur les obstacles par les femmes qui veulent se lancer en politique.

Meliza Alili

Détentrice d’un baccalauréat en Sciences politiques de l’Université du Québec à Montréal, Meliza Alili a entamé récemment sa maîtrise en droit international, où elle s’intéresse particulièrement aux enjeux environnementaux et à la question des droits humains. C’est après avoir effectué un mandat de travail en coopération internationale, au Sénégal, qu’elle a réaffirmé son engagement auprès des communautés vulnérables et sa sensibilité aux identités intersectionnelles. Elle a travaillé précédemment avec des jeunes montréalais et montréalaises issu.es des communautés ethnoculturelles pour les impliquer dans divers projets de participation citoyenne. Lorsqu’elle a un moment pour elle, Meliza laisse aller ses idées dans l’écriture et depuis peu, elle chérit l’idée de tenir un blogue.

Candice Zogo

Candice Zogo est une femme cis queer de 22 ans. Elle étudie actuellement à la faculté de communication de l’UQAM dans le programme d’action culturelle.

Elle est originaire de la Guadeloupe et du Cameroun est vie à Montréal depuis août 2016. Résidente temporaire sur le territoire canadien elle se questionne sans cesse sur son identité et tente de se nourrir le plus que possible de toutes les cultures par lesquelles elle est influencée. Elle pratique également plusieurs disciplines artistiques. Elle s’est impliquée auprès de Oxfam-Québec en réalisant une vidéo dans le cadre de la campagne  #ParitéSVP dans le cadre du projet C’est pour elles aussi!

Laurence C. Germain, Formatrice consultante en résolution de conflits à l’Institut Pacifique
Laurence C. Germain est une jeune intervenante psychosociale passionnée par la sensibilisation à la santé mentale et par l’éducation des habiletés relationnelles. Elle a rencontré des jeunes de tout le Québec pour les sensibiliser à la dépression. Aujourd’hui, elle est Formatrice consultante en résolution de conflits à l’Institut Pacifique. Elle comprend la réalité des jeunes et elle a une grande facilité à entrer en contact avec eux. Laurence connaît aussi très bien le réseau des organismes, services et professionnels qui oeuvrent auprès des jeunes : psychologues, sexologues, groupes de soutien, éducateurs spécialisés. Elle s’est impliquée auprès de Oxfam-Québec en réalisant une vidéo dans le cadre de la campagne de sensibilisation aux inégalités de genres : C’est pour elles aussi ! En réaction au contexte de la pandémie, elle a récemment démarré une plateforme sur instagram @le.sens.du.chaos, où elle y propose des outils et échange avec des experts sur des sujets entourant les enjeux sociaux et les comportements humains!

Séance 5 – Proposer | mardi 13 octobre de 17 h 30 à 20 h | Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)

AGIR EN LIGNE: ON PASSE À LA CRÉATION

avec Antonella De Troia, Sarah-Lee Villeneuve, Sikhumbuzo Gumbi Dionne, Sandrine Rose Hélie, Laure Gosselin, Emmanuelle Lumène, Laura Doyle Péan, Parker Mah et Justine Déret

« Agir en ligne : On passe à la création » est une séance créative où les personnes participantes s’approprieront des techniques audiovisuelles, de slam et poésie et d’infographie.  Elles seront également invitées à travailler sur des créations, de manière individuelle ou en sous-groupes, avec le soutien de personnes expertes.


ANIMATION

Antonella De Troia, Sarah-Lee Villeneuve, Sikhumbuzo Gumbo Dionne, Sandrine Rose Hélie et

Laure Gosselin

Laure est une étudiante au doctorat en science politique à l’Université Laval et possède un master en relations internationales et en droit de l’environnement. Laure est engagée auprès du groupe Oxfam de l’Université Laval depuis septembre 2019. En janvier 2020, elle participe à la formation en cyber-activisme d’Oxfam Québec dans le cadre de la campagne “C’est pour elles aussi!”. A la suite de cette formation, elle produit avec Sandrine Hélie une vidéo sur les difficultés que rencontrent les femmes qui veulent poursuivre une carrière en politique qui obtient la troisième place du concours #paritésvp. Laure est également très engagée dans diverses associations étudiantes et passionnée par les questions de justice environnementale et alimentaire (qui constituent d’ailleurs son sujet de thèse). Elle est convaincue qu’une approche intersectionnelle est nécessaire pour lutter contre toutes les formes d’injustice:  c’est en restant mobilisé.e.s ensemble et en étant à l’écoute de l’autre que nous avons le pouvoir de dessiner un monde plus juste.

Emmanuella Lumène 

Emmanuella Lumène est une jeune d’origine Haïtienne. Elle a un majeur en travail social, photographe, membre du centre des femmes de Longueuil. Elle est très active dans les activités prônant le respect des droits humains, spécifiquement les droits liés au genre. Elle a été coordonnatrice de l’association étudiante Groupe de réflexions et d’actions en travail social (GRATS) et responsable de projet communautaire pour enfants dans l’association Initiatives des jeunes Haïtiens pour des réflexions et des actions constructives (IJHRAC). Elle est pour l’égalité dans toutes ses formes et à travers le monde

INVITÉ-ES

Laura Doyle Péan (Slam et poésie)

Né.e d’un père écrivain et d’une mère enseignante, Laura Doyle Péan raffole des mots depuis son plus jeune âge. Ex-libraire, diplômé.e en communications et cinéma, étudiant.e en droit, poète et activiste,l’auteur.e de 20 ans s’intéresse aux liens entre le langage et l’identité, et au rôle que joue l’art dans les transformations sociales. Son premier recueil de poésie, Coeur Yoyo, est paru aux éditions Mémoire d’Encrier en Août 2020. Laura a participé à la première cohorte des jeunes leaders pour la parité dans le cadre de la campagne C’est pour elles aussi! d’Oxfam Québec.

Parker Mah (Techniques audiovisuelles)

Parker est un formateur bilingue avec plus de 10 années d’expérience de travail dans le secteur communautaire. Versé dans les techniques multimédias, il a prêté ses compétences à des organismes de développement communautaire et de défense des droits du Bangladesh au Sénégal. Son approche patiente et pratique fait de lui un expert en vulgarisation de concepts en technologie et multimédia. Parker a mené des séances d’apprentissage sur les médias sociaux, le journalisme citoyen, le récit numérique, et divers outils et plateformes infonuagiques. Il travaille à promouvoir les médias citoyens et participatifs comme un outil de changement social, en particulier parmi les populations marginalisées, à travers des ateliers et des activités d’empowerment communautaire.

Justine Déret (Infographie)

Après l’obtention d’une licence en marketing et communication digitale en France, Justine décide de s’expatrier au Québec et effectue un stage professionnalisant au sein d’Oxfam-Québec durant 1 an. Après une première expérience au sein du service de mobilisation du public, elle est aujourd’hui consultante en communication et travaille au quotidien à mettre en valeurs les projets et faire la promotion des missions d’Oxfam-Québec sur les réseaux sociaux.

Séance 6 – Proposer | lundi 19 octobre de 17 h 30 à 20 h | Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)

AGIR EN LIGNE: ON PASSE À L’ACTION

avec  Antonella De Troia, Sarah-Lee Villeneuve, Sikhumbuzo Gumbi Dionne, Sandrine Rose Hélie, Laure Gosselin, Emmanuelle Lumène, Laura Doyle Péan, Parker Mah et Justine Déret

« Agir en ligne : On passe à l’action » est une séance qui offrira aux personnes participantes la possibilité de présenter leurs créations en grand groupe et de recueillir des rétroactions. Ce sera l’occasion de travailler sur leurs versions finales, qui seront ensuite publiées et présentées à la Tribune jeunesse, et de réfléchir à la poursuite de leur engagement à la suite de cette expérience.


ANIMATION

Antonella De Troia, Sarah-Lee Villeneuve, Sikhumbuzo Gumbo Dionne, Sandrine Rose Hélie, Laure Gosselin et Emmanuelle Lumène

INVITÉ-ES

Laura Doyle Péan (Slam et poésie)

Né.e d’un père écrivain et d’une mère enseignante, Laura Doyle Péan raffole des mots depuis son plus jeune âge. Ex-libraire, diplômé.e en communications et cinéma, étudiant.e en droit, poète et activiste, l’auteur.e de 20 ans s’intéresse aux liens entre le langage et l’identité, et au rôle que joue l’art dans les transformations sociales. Son premier recueil de poésie, Coeur Yoyo, est paru aux éditions Mémoire d’Encrier en Août 2020. Laura a participé à la première cohorte des jeunes leaders pour la parité dans le cadre de la campagne C’est pour elles aussi! d’Oxfam Québec.

Parker Mah (Techniques audiovisuelles)

Parker est un formateur bilingue avec plus de 10 années d’expérience de travail dans le secteur communautaire. Versé dans les techniques multimédias, il a prêté ses compétences à des organismes de développement communautaire et de défense des droits du Bangladesh au Sénégal. Son approche patiente et pratique fait de lui un expert en vulgarisation de concepts en technologie et multimédia. Parker a mené des séances d’apprentissage sur les médias sociaux, le journalisme citoyen, le récit numérique, et divers outils et plateformes infonuagiques. Il travaille à promouvoir les médias citoyens et participatifs comme un outil de changement social, en particulier parmi les populations marginalisées, à travers des ateliers et des activités d’empowerment communautaire.

Justine Déret (Infographie)

Après l’obtention d’une licence en marketing et communication digitale en France, Justine décide de s’expatrier au Québec et effectue un stage professionnalisant au sein d’Oxfam-Québec durant 1 an. Après une première expérience au sein du service de mobilisation du public, elle est aujourd’hui consultante en communication et travaille au quotidien à mettre en valeurs les projets et faire la promotion des missions d’Oxfam-Québec sur les réseaux sociaux.

4. Profil innovation
L’après-COVID : vers une démondialisation?

Du 15 octobre au 29 octobre

Date limite d’inscription : 21 octobre

S’inscrire au profil

La crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19 a montré la nécessité de produire localement pour permettre une certaine autonomie des approvisionnements en biens essentiels en cas d’urgence. Que ce soit pour le matériel médical ou pour la nourriture, notre maîtrise des chaînes d’approvisionnement et des savoirs-faire nécessaires pour répondre à nos besoins se révèle aujourd’hui insuffisante, partielle voire inexistante, du fait, notamment, de la mondialisation. Comment développer une économie locale, résiliente et respectueuse de la nature et des travailleurs et travailleuses ? Quels défis se posent et surtout quelles solutions existent? Devons-nous et voulons-nous être autosuffisants dans tous les domaines? Cela est-il possible à l’heure de la mondialisation ? 

Dans le cadre du profil Innovation, les jeunes sont appelés à créer un portfolio d’oeuvres littéraires engagées (poèmes, cadavres exquis, prose…) en lien avec le monde de demain qu’ils et elles souhaitent voir.

Séance 1 – Informer | Jeudi 15 octobre, de 18h à 19h30 | Session en direct sur Zoom
Penser local pour renforcer l’autonomie du Québec face aux crises
Activité ouverte aux non participants de l’École d’été

Intervenant : Omar Aktouf, professeur honoraire au HEC 

Au printemps dernier, Monsieur Legault évoquait déjà que la crise sanitaire entraînerait une « démondialisation » dans certains secteurs. Or, de nombreux économistes, activistes, environnementalistes et mêmes politiques plaident depuis plusieurs années pour que ce chemin soit emprunté et encouragent une relocalisation des savoirs-faires pour rendre le Québec plus résilient face aux crises futures.  

La crise sanitaire a-t-elle démontré qu’une démondialisation était nécessaire ? Si oui, comment doit-elle s’organiser ? Quels sont les écueils à éviter ? Quels rôles peuvent et doivent jouer les citoyennes et citoyens dans ce processus ? Relocalisation et démondialisation sont-ils des synonymes ?

Séance 2 – Informer | Trousse d’outils numérique
Appropriation des enjeux
Diffusion de l’épisode du balado Le Réverbère « Mener la Transition localement ».

Séance 3 – Débattre de la mondialisation | Jeudi 22 octobre 2020 à 18h | Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)

Lors de cette séance vous serez amenés à débattre des questions que soulève inévitablement une réflexion sur la démondialisation. Répartis en équipe, il vous faudra défendre votre point de vue sur différents sujets : faut-il soutenir la production locale quitte à payer plus cher?  Pour éviter des crises futures, devrions-nous restreindre la possibilité de voyager?  Travailler moins pour consommer moins : une bonne alternative pour se prémunir des crises futures?  La démondialisation encourage-t-elle un repli sur soi, une fermeture face au monde?

Séance 4 – La démondialisation au bout de ma plume | Jeudi 29 octobre 2020 à 18h | Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)

Après vous être informé et avoir débattu sur la démondialisation, il est temps de proposer votre vision du Québec de demain. Des ateliers d’écriture vous permettront de coucher sur papier vos idées. À l’issue de cette séance, vos réflexions seront mises en commun et formeront une proposition jeunesse pour le Québec qui pourra prendre diverses formes ( poèmes, textes en prose ou haïkus).

Lab média

Du 19 août au 18 novembre

Partenaire du Lab média

Le Lab média donne l’occasion à 12 jeunes âgés entre 18 et 35 ans de réaliser une série collective de reportages qui couvriront les enjeux de société soulevés à l’École d’été. Présentée en partenariat avec Le Devoir, l’édition 2020 proposera aux participants et participantes un accompagnement théorique et pratique soutenu grâce à des ateliers, des séances de travail individuel et en équipe, et des rencontres mentorales. Répartis pour l’occasion en deux cohortes, les jeunes qui prendront part à ce volet se familiariseront avec les rouages du travail journalistique, tout en aiguisant leurs habiletés rédactionnelles.

Séance 1 – Informer | mercredi 19 août 2020, de 12 h à 13 h 15 | Session en direct sur Zoom

Table ronde « Les nouvelles pratiques journalistiques »
Activité ouverte aux non participants de l’École d’été

Cette table ronde animée par Brian Myles, directeur du Devoir, réunit les journalistes Diane Bérard et Camille Lopez et le professeur de l’École des médias de l’UQAM Jean-Hugues Roy. Elle s’intéresse aux changements dans l’écosystème médiatique pour que les journalistes poursuivent leur mission d’informer de façon pertinente.

Le contexte de pandémie exacerbe la précarité financière et la perte de confiance d’une partie de la population envers les institutions démocratiques et les médias. Les barrières qui se présentent pour rapporter et diffuser la nouvelle poussent les journalistes et l’industrie à se réinventer.

Animation

Brian Myles – Directeur du Devoir

Brian Myles est directeur du Devoir, le seul quotidien d’information indépendant au Québec. Il a fait une carrière en journalisme et il a enseigné le métier à l’UQAM, dont il est un diplômé (baccalauréat et maîtrise).


Diane Bérard – Journaliste de solutions indépendante

Diane Bérard est journaliste de solutions indépendante. Cette pratique, implantée dans plus de 150 salles de presse aux États-Unis ainsi qu’en Europe et un peu au Canada, consiste à présenter, avec un regard critique, des solutions aux enjeux sociaux et environnementaux du 21e siècle. Diplômée en science politique (baccalauréat) et en économie (maîtrise), elle a contribué à de nombreux médias écrits et électroniques et publié quatre livres.

Jean-Hugues Roy – Professeur à l’École des médias de l’UQAM et journaliste

Jean-Hugues Roy voulais devenir cartographe, mais il a bifurqué vers le journalisme dès la fin des années 1980. Il a écrit dans différents magazines, dont le Voir et Québec Science. Il a aussi travaillé à la télévision de Radio-Canada, aux nouvelles et au sein de différentes émissions, dont Branché et Découverte. Depuis près de 10 ans, il enseigne le journalisme de données à l’UQAM. Il se sert de méthodologies informatiques (ou computationnelles) en recherche. Parle français, anglais, espagnol et python.

Camille Lopez – Journaliste et recherchiste indépendante et collaboratrice à L’actualité

Camille Lopez est journaliste indépendante et recherchiste. En 2017, elle prend la relève de la rubrique de fact-checking du journal Métro et crée le Métroscope. Elle rejoint L’actualité à titre de collaboratrice quelques mois plus tard pour décortiquer, analyser et démentir les nombreuses dérives qui circulent sur internet. Elle y écrit régulièrement depuis. 

Camille participe également à plusieurs projets d’éducation aux médias pour les jeunes et moins jeunes, notamment avec la Fondation professionnelle des journalistes du Québec (COVID-19 : dépister la désinformation), CIVIX (Ctrl+F, Camp de la démocratie) et l’Agence Science-Presse (Comment se fabrique l’info?). 

En 2019, elle se joint à l’équipe de recherche de l’émission de consommation Ça vaut le coût (Télé-Québec). 

Appelée régulièrement à parler de désinformation et de menaces envers les journalistes dans divers médias et événements, Camille est lauréate du Prix de la relève en communications 2019 de l’UQAM.

Événement de créativité citoyenne le 8 octobre à 17 h

Avec Tiken Jah Fakoly et Philémon Cimon!

L’engagement citoyen passe aussi par les arts! Le temps d’un événement immersif de créativité citoyenne, venez rencontrer des artistes engagé-e-s et inspirant-e-s de divers horizons et mettez la main à la pâte… Musique, poésie, théâtre, cirque, il y en aura pour tous les goûts.

Inscription gratuite mais obligatoire.

L’événement aura lieu en ligne, autour de trois temps forts qui rythmeront la soirée :

Échangez sur le lien entre l’art et l’engagement social avec Tiken Jah Fakoly et Philémon Cimon lors de la causerie. Une diffusion en direct de la causerie sera disponible sur la page Facebook de l’INM.


Tiken Jah Fakoly
Auteur-compositeur-interprète

Véritable étendard d’une jeunesse africaine dont il porte haut la soif de liberté et de changement, le héros du reggae moderne est aussi le haut-parleur de tout un continent. Auteur d’une discographie engagée, comme en attestent les titres de ses disques, il n’a cessé de mêler les lignes de la musique et du combat : le verbe comme une arme, les disques comme des brûlots. 

Originaire de Côte d’Ivoire, tombé dans la musique dès son jeune âge, Tiken Jah Fakoly a conquis son pays natal avant de se lancer dans une carrière internationale qui l’a conduit à collaborer avec les plus grands (Sly Dunbar et Robbie Shakespeare, Zebda, Steel Pulse, Bernard Lavilliers, Akon…). En l’espace de dix albums, il a édifié une œuvre sauvage, indomptable, un subtil mélange d’arrogance et de musique émaillée de déclarations fracassantes sur la politique internationale. 

Menacé, contraint à l’exil pour avoir parlé trop haut, l’Ivoirien est un authentique artiste engagé, sur scène comme sur le terrain, alliant dans l’écrin luxueux de son reggae international la lutte et l’espérance, le combat et la fête. Auréolée d’un espoir immense pour les générations futures, la caravane Fakoly défriche en musique un monde meilleur.

Philémon Cimon
Auteur-compositeur-interprète

On a connu Philémon Cimon il y a huit ans, alors qu’il offrait les délicates et mélancoliques Sessions Cubaines, pour ensuite s’enrober musicalement l’espace de 2 albums magistraux, L’été et Les femmes comme des montagnes. Le chanteur a pris un virage plus folk au printemps dernier avec Pays. Ce quatrième album sonne comme un retour aux sources et qui l’a mené dans le Charlevoix de son enfance, comme un voyage viscéral qui lui a permis de se nommer. 

Pour Pays, Philémon est allé puiser à plusieurs sources: il a écrit un texte sur une mélodie tirée de Pour la suite du monde (Ma mère au nord), il a interprété une chanson du terroir écrite par son oncle (La chanson de Saint-Joseph-de-la-Rive) et il a même utilisé les mots de sa grand-mère pour composer deux des chansons les plus émouvantes du disque, Les pommiers envahis et Le chien le coq le cheval. Le résultat: un album qui se retrouve déjà dans tous les palmarès des plus grands disques québécois de l’année.

L’enregistrement de Pays s’est fait sur ruban, en sessions en direct. Les captations ont eu lieu hors des studios : dans l’appartement du chanteur, dans l’église de Saint-Joseph-de-la-Rive, à la chapelle McLaren de Port-au-Persil, dans un chalet et à quelques autres endroits. Cette manière de faire amène un côté artisanal lo-fi qui donne tout son charme à l’ensemble de l’oeuvre

Contribuez à une expérience de création collective lors du parcours de créativité multidisciplinaire. Cet événement qui s’adresse aux jeunes de 15 à 35 ans convient autant aux artistes de grande renommée qu’aux personnes moins expérimentées. Vous aurez le choix de découvrir le théâtre de l’opprimé avec la compagnie La Collective, de faire de la poésie et du slam avec Laura Doyle-Péan, de tenter une expérience musicale participative avec Funk Lion, ou d’embarquer dans une expérimentation de cirque engagé avec le Cirque Hors Piste, tout en réseautant avec les autres participantes et participants sur la plateforme Miro. Inscrivez-vous dès maintenant au parcours de créativité en choisissant les formes d’art que vous souhaiteriez explorer.

Inscrivez-vous


Laura Doyle-Péan
Poète féministe, activiste, artiste de performance

Né.e d’un père écrivain et d’une mère enseignante, Laura Doyle Péan raffole des mots depuis l’enfance. Ex-libraire, diplômé.e du Cégep Limoilou en communications et cinéma, étudiant.e en droit, poète et activiste, l’auteur.e de 20 ans s’intéresse aux liens entre le langage et l’identité, et au rôle que joue l’art dans les transformations sociales.

Laura a participé à plusieurs productions avec l’Espace de la Diversité et avec Les Allumeuses, collectif féministe, et organise, depuis l’été 2019, les soirées Pas de Répit pour la Poésie. Son premier recueil, Coeur Yoyo, est paru chez Mémoire d’Encrier en Août 2020. 

En dehors de l’écriture, ille adore la danse, et a été complice chez Entr’Actes de l’automne 2015 jusqu’au printemps 2019.

On pourra voir Laura en février dans le spectacle « Je suis calme et enragé•e », dirigé par Symon Henry, et en mars, dans la pièce « Chut! Ceci est mon journal intime », présentée par Les Allumeuses dans le cadre du Mois de la Poésie.

Funk Lion
Auteur-compositeur-interprète

L’aventure de Funk Lion commence véritablement en 2011, alors que l’auteur-compositeur d’origine haïtienne, Francis Brisebois, revient de sa terre ancestrale. Québécois d’adoption, il a toujours voulu intégrer sa double identité à sa musique pour en faire un art hybride. Guitariste autodidacte depuis l’âge de 15 ans, il a eu la chance de travailler avec des artistes qui ont enrichi son expérience tels que La Bronze, Samito, Vander, Poirier, Boogat et plusieurs autres comme arrangeur et compositeur.

Ces chansons commencent à apparaître en 2015 pendant une période créative. En résulte un rock-fauve psychédélique aux teintes funky. En 2016, Il obtient une bourse du CALQ dans le cadre du programme « Vivacité ». Dans cette dernière année, il enregistre un opus avec l’aide de Borza Gomeshi à la réalisation et au mixage. L’album est sorti sous l’étiquette Kartel Musik le 1er juin 2018.

La Collective, Théâtre de l’Opprimé

La Collective, Théâtre de l’Opprimé a été fondée à Montréal en 2019 à l’initiative de trois comédiennes-intervenantes formées à cette discipline à travers le monde. Le Théâtre de l’Opprimé est un ensemble de techniques théâtrales, pour acteurs et non acteurs, visant le changement individuel, social et politique. La Collective utilise ces techniques auprès de divers publics afin de les accompagner dans une réflexion et un passage à l’action concerté quant aux problématiques spécifiques adressées. Elle propose également des ateliers et stages de formation autour de ces techniques, ou encore des spectacles interactifs de théâtre-forum autour d’un enjeu de société.

Le Cirque Hors Piste

Cirque Hors Piste est un organisme dédié au cirque social, qui offre un espace alternatif et inclusif de création aux jeunes ayant un parcours de vie marginalisé. L’organisme favorise l’apprentissage individuel et collectif par le biais des arts du cirque.

Solène Laliberté
Instructeur en cirque social, Cirque Hors Piste

Artiste multidisciplinaire, Solène a performé dans différentes production de cirque. Elle a parcouru le monde afin de transmettre son savoir comme instructeur de cirque, notamment au Pérou. Maintenant les deux pieds au Québec, elle s’investit dans le Cirque Hors Piste comme instructeur de cirque social auprès des jeunes marginalisés en plus de poursuivre sa carrière d’artiste.

Profitez d’un cabaret interdisciplinaire haut en couleurs au cours duquel plusieurs artistes vous présenteront les oeuvres créées pour la soirée!

Avec le Théâtre de l’opprimé, Laura Doyle-Péan, Funk Lion et le Cirque Hors Piste. 


Laura Doyle-Péan
Poète féministe, activiste, artiste de performance

Né.e d’un père écrivain et d’une mère enseignante, Laura Doyle Péan raffole des mots depuis l’enfance. Ex-libraire, diplômé.e du Cégep Limoilou en communications et cinéma, étudiant.e en droit, poète et activiste, l’auteur.e de 20 ans s’intéresse aux liens entre le langage et l’identité, et au rôle que joue l’art dans les transformations sociales.

Laura a participé à plusieurs productions avec l’Espace de la Diversité et avec Les Allumeuses, collectif féministe, et organise, depuis l’été 2019, les soirées Pas de Répit pour la Poésie. Son premier recueil, Coeur Yoyo, est paru chez Mémoire d’Encrier en Août 2020. 

En dehors de l’écriture, ille adore la danse, et a été complice chez Entr’Actes de l’automne 2015 jusqu’au printemps 2019.

On pourra voir Laura en février dans le spectacle « Je suis calme et enragé•e », dirigé par Symon Henry, et en mars, dans la pièce « Chut! Ceci est mon journal intime », présentée par Les Allumeuses dans le cadre du Mois de la Poésie.

Funk Lion
Auteur-compositeur-interprète

L’aventure de Funk Lion commence véritablement en 2011, alors que l’auteur-compositeur d’origine haïtienne, Francis Brisebois, revient de sa terre ancestrale. Québécois d’adoption, il a toujours voulu intégrer sa double identité à sa musique pour en faire un art hybride. Guitariste autodidacte depuis l’âge de 15 ans, il a eu la chance de travailler avec des artistes qui ont enrichi son expérience tels que La Bronze, Samito, Vander, Poirier, Boogat et plusieurs autres comme arrangeur et compositeur.

Ces chansons commencent à apparaître en 2015 pendant une période créative. En résulte un rock-fauve psychédélique aux teintes funky. En 2016, Il obtient une bourse du CALQ dans le cadre du programme « Vivacité ». Dans cette dernière année, il enregistre un opus avec l’aide de Borza Gomeshi à la réalisation et au mixage. L’album est sorti sous l’étiquette Kartel Musik le 1er juin 2018.

La Collective, Théâtre de l’Opprimé

La Collective, Théâtre de l’Opprimé a été fondée à Montréal en 2019 à l’initiative de trois comédiennes-intervenantes formées à cette discipline à travers le monde. Le Théâtre de l’Opprimé est un ensemble de techniques théâtrales, pour acteurs et non acteurs, visant le changement individuel, social et politique. La Collective utilise ces techniques auprès de divers publics afin de les accompagner dans une réflexion et un passage à l’action concerté quant aux problématiques spécifiques adressées. Elle propose également des ateliers et stages de formation autour de ces techniques, ou encore des spectacles interactifs de théâtre-forum autour d’un enjeu de société.

Le Cirque Hors Piste

Cirque Hors Piste est un organisme dédié au cirque social, qui offre un espace alternatif et inclusif de création aux jeunes ayant un parcours de vie marginalisé. L’organisme favorise l’apprentissage individuel et collectif par le biais des arts du cirque.

1. Profil plaidoyer
Le virus qui fait trembler les démocraties

Du 21 juillet au 13 août

Profil complet

La pandémie a pris par surprise la population, comme la classe dirigeante.

Ce profil propose de s’attarder à l’effet des mesures d’urgence sur les institutions démocratiques au Québec, et sur les leçons à tirer pour l’avenir. Quelle place pour la critique en temps de crise? Les outils de traçabilité menacent-ils les libertés? Comment concilier participation citoyenne et distanciation physique?

Vous vous lancerez dans l’élaboration d’un plaidoyer pour l’avenir de la démocratie au Québec et dans le monde.

Séance 1 – Informer | mardi 21 juillet, 18 h | Session en direct sur Zoom
Table ronde « La place de la critique en temps de crise »

Avec Anne-Gabrielle Ducharme, Francine Pelletier, Stéphanie Yates et Damien Hazard

En contextes démocratiques, le gouvernement est tenu de rendre des comptes à une pluralité d’acteurs. Or, en temps de crise, ces voix se font plus rares dans l’espace public, au profit d’une solution que l’on espère rapide et efficace. La critique doit-elle être écartée au profit d’un front commun? Devons-nous en conclure que le rôle des journalistes et des citoyens et citoyennes est appelé à changer en temps de crise? Quelles leçons tirer de la réaction du gouvernement et de la population devant la couverture médiatique de la crise sanitaire? Que penser de notre capacité à accueillir différents points de vue en période d’urgence? Et ailleurs dans le monde, comment la critique est-elle reçue, perçue?
Animée par la journaliste Anne-Gabrielle Ducharme, cette table ronde réunira Francine Pelletier, chroniqueuse au journal Le DevoirStéphanie Yates, professeure et titulaire adjointe à la Chaire de relations publiques et communications marketing et Damien Hazard, coordonateur de Vida Brasil et membre du conseil international du Forum social mondial.

Francine Pelletier
Journaliste, documentariste et professeure
Journaliste de longue date, Francine Pelletier a travaillé tant en français qu’en anglais, à la presse électronique qu’à la presse écrite. Sa carrière l’a menée de la co-fondation et direction éditoriale d’un magazine La Vie en rose (1980-87), à l’écriture d’une chronique hebdomadaire au quotidien La Presse (1988-92), à la télévision de Radio-Canada comme correspondante parlementaire pour l’émission Le Point (1993-95), ainsi qu’à l’émission d’enquête The Fifth Estate de CBC (1995-2000). Depuis 2001, elle a réalisé 11 films documentaires – dont Monsieur (2004), La femme qui ne voyait plus aller (2008), La revanche du tango (2012). Depuis janvier 2013, Francine Pelletier signe aussi une chronique hebdomadaire dans le quotidien Le Devoir. Finalement, elle enseigne le journalisme à l’Université Concordia depuis 2015.

Stéphanie Yates
Professeure et chercheuse
Stéphanie Yates est professeure au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) depuis décembre 2010, titulaire adjointe de la Chaire de relations publiques et communication marketing de l’UQAM et membre du Groupe de recherche en communication politique de l’Université Laval. Politologue de formation (Ph.D Université Laval 2010), elle étudie le rôle des citoyens et des groupes d’intérêt dans la gouverne des États et des entreprises. Dans cette perspective, elle se penche sur les stratégies de médiatisation des acteurs publics et privés en lien avec le lobbyisme, la participation publique, l’acceptabilité sociale et la responsabilité sociale des organisations. Elle s’intéresse également à la communication environnementale. Partant d’une approche interdisciplinaire, elle a publié de nombreux articles et chapitres dans des publications en communication, en science politique et en management. Elle est également la directrice de l’ouvrage Introduction aux relations publiques. Fondements, enjeux et pratiques, publié aux Presses de l’Université du Québec en 2018.

Damien Hazard
Coordonnateur de Vida Brasil et membre du conseil international du Forum social mondial
Économiste de formation, Damien Hazard est engagé depuis 30 ans dans des organisations de la société civile au Brésil. Il a été directeur de Handicap International-Brésil (1995-2000), cofondateur en 1996 et coordinateur général de l’ONG brésilienne Vida Brasil, et l’un des directeurs de l´Association brésilienne des ONG (ABONG) dans l’état de Bahia et au niveau national (2010-2016). Il est membre du Conseil International du Forum Social Mondial depuis 2010, et fut l’un des coordonnateurs du FSM 2018 à Salvador de Bahia. Spécialiste en méthodologie inclusive et participative, il développe également des travaux de consultance dans la sphère internationale, notamment en Afrique, sur des questions liées aux droits humains, au handicap, aux politiques et projets de développement et au renforcement des organisations de la société civile et des processus de démocratie participative. Suite au cyclone Idai au Mozambique en 2019, Damien a travaillé entre juin 2019 et juin 2020 comme spécialiste du handicap au sein de l´UNICEF au Mozambique. Il est l’auteur de nombreux articles et de plusieurs manuels méthodologiques.

Animation
Anne-Gabrielle Ducharme
Chercheuse indépendante
Anne Gabrielle est chercheuse et journaliste pigiste. Elle détient une maîtrise en science politique de l’Université McGill et s’intéresse particulièrement à la liberté de presse et d’opinion, à la polarisation sociale et politique, ainsi qu’aux régimes autoritaires.

Séance 2 – Informer | Mardi 28 juillet | Trousse d’outils numérique (Pas de rencontre, étude des contenus)
Appropriation des enjeux
Diffusion de l’épisode du balado Le Réverbère « Gérer une pandémie démocratiquement » et de l’infographie Les dangers qui guettent la démocratie en temps de crise.

Séance 3 – Débattre | Mardi 4 août, 16 h | Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)
« Revisiter les espaces démocratiques et la participation citoyenne en temps de pandémie », avec Élections Québec
Avec Marie-Ève Carignan de l’Université de Sherbrooke et Pierre Reid, directeur général des élections du Québec

Judy Tweddell – Animatrice
Conseillère en éducation à la démocratie, Élections Québec

Guide pendant plus de huit années à l’Assemblée nationale, Judy possède une grande connaissance de ce lieu, symbole de notre démocratie. Son habileté à animer et à vulgariser des contenus a permis à diverses clientèles de s’initier à nos institutions parlementaires ainsi qu’aux différents personnages qui ont marqué notre paysage démocratique. 

Depuis plus de 18 ans, Judy fait carrière au sein de la fonction publique, où elle a notamment travaillé en relations publiques et en communications. Sa feuille de route comprend plusieurs contributions à l’organisation d’événements d’envergure réunissant des intervenants des milieux politique, communautaire et de l’éducation. Puis, parce qu’on n’a jamais fini d’apprendre, elle cultive en continu son intérêt pour les sciences politiques en poursuivant des études universitaires dans ce domaine.  À Élections Québec depuis 2018, elle profite de chaque occasion pour promouvoir auprès des jeunes l’importance de s’engager et de participer à la vie démocratique.

Marlène Lebreux – Animatrice
Conseillère en éducation à la démocratie, Élections Québec

Ses études collégiales la destinaient à une carrière scientifique, mais c’est un tout autre tournant que Marlène Lebreux a donné à son parcours en optant pour un programme universitaire en communications. Plusieurs années plus tard, ses expériences professionnelles l’ont amenée à travailler sur une diversité de sujets liés au monde de l’éducation. Passionnée de rédaction, elle a également prêté sa plume à la création de nombreux contenus destinés à des magazines jeunesse et à des publications spécialisées en orientation et en choix de carrière. Pendant les sept années où elle a agi comme conseillère en communication au sein d’une commission scolaire, elle a eu l’occasion de travailler fréquemment avec divers intervenants des milieux scolaire et communautaire. Et aujourd’hui, l’aventure se poursuit : à Élections Québec, elle s’investit dans la mise en œuvre de différents projets qui lui permettent de combiner son intérêt pour l’éducation et pour la démocratie.

Marie-Ève Carignan – Intervenante 
Professeure au département de communication de l’Université de Sherbrooke et directrice du pôle médias, Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents

Marie-Eve Carignan (PhD information et communication) est professeure agrégée au département de communication de l’Université de Sherbrooke et directrice du Pôle médias de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents (UNESCO-PREV). Elle dispose d’une importante expérience professionnelle en communication au sein de petites et grandes organisations. Ses recherches s’intéressent principalement à l’impact des médias en société, aux pratiques journalistiques, à l’éthique et à la déontologie du journalisme, à la communication des risques et de crise, à la désinformation ainsi qu’à l’analyse des contenus médiatiques, y compris la couverture des sujets liés à la religion, au terrorisme et à la radicalisation. Mme Carignan a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs et publié dans des revues nationales et internationales en communication, en journalisme et en histoire.

Pierre Reid – Intervenant
Directeur général des élections et président de la Commission de la représentation électorale – Élections Québec

Détenteur d’un baccalauréat en droit de l’Université Laval, M. Reid est membre du Barreau du Québec depuis 1977. Pendant plus de 30 ans, il a occupé divers postes au sein de la fonction publique québécoise. En juillet 2015, il a été nommé directeur général des élections par l’Assemblée nationale. À ce titre, il veille à l’accessibilité, à la transparence et à l’intégrité du processus électoral, afin que les citoyennes et les citoyens puissent voter librement et en toute confiance. Favoriser chez les électeurs, et les futurs électeurs, le développement de compétences essentielles à l’exercice d’une citoyenneté active et responsable est un autre volet de son travail qui lui tient à cœur. Convaincu que les jeunes ont beaucoup à offrir pour construire l’avenir de notre société, il profite de chaque occasion pour s’ouvrir à leurs réflexions et à leurs expériences d’engagement à travers lesquelles s’exprime et se vit notre démocratie.

Séance 4 – Débattre | Jeudi 6 août, 16 h | Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)
« Le numérique, toujours au service de la démocratie ? »
Avec Alexandra Bahary-Dionne, Jonathan Durand Folco, Jean-Noé Landry

Alexandra Bahary-Dionne
Candidate à la maîtrise en droit à l’UQAM et chercheuse-étudiante au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie

Après avoir terminé un mémoire co-dirigé en droit et en communication sur l’utilisation des médias sociaux à des fins de recherche d’information juridique, Alexandra Bahary-Dionne entamera des études doctorales en droit à l’Université d’Ottawa cet automne. Ses intérêts de recherche portent sur l’accès à la justice, la participation citoyenne au sein des initiatives juridiques et technologies, les inégalités sociales et le droit ainsi que les mouvements data justice et design justice. Elle s’intéresse également aux méthodes de recherche en ligne, en particulier sur les médias sociaux et à leurs implications éthiques.

Jonathan Durand Folco
Professeur adjoint, École d’innovation sociale Élisabeth-Bruyère, Université Saint-Paul

Jonathan Durand Folco est professeur à l’École d’innovation sociale Élisabeth-Bruyère de l’Université Saint-Paul, à Ottawa. Ses intérêts de recherche portent sur la démocratie participative, les communs, la politique municipale, la décroissance et la critique des algorithmes. Il est également auteur du livre À nous la ville! Traité de municipalisme (Écosociété, 2017), qui a obtenu le prix des Libraires du Québec 2018 dans la catégorie Essais.

Jean-Noé Landry
Directeur général, NordOuvert 

Jean-Noé Landry est directeur exécutif de NordOuvert, le principal organisme sans but lucratif au Canada spécialisé dans la gouvernance des données, les villes intelligentes ouvertes et la recherche appliquée.

Avec 20 ans d’expérience internationale et un rôle de leader dans la communauté internationale des données ouvertes, Jean-Noé a conduit NordOuvert à collaborer avec des réseaux de praticiens nationaux et mondiaux tels que l’Open Government Partnership (OGP), le CIO Strategy Council, l’International Open Data Charte, l’Observatoire international sur les impacts sociétaux de l’IA et du numérique (OBVIA) et la Conférence internationale des données ouvertes. Les intérêts de recherche de NordOuvert sont les modèles de gouvernance et de gestion des données, la consultation publique basée sur les données et l’évaluation des performances de la gouvernance ouverte, ainsi que la valeur ajoutée des données ouvertes pour encadrer et relever les défis de la résilience urbaine. 

Jean-Noé est membre du Forum multipartite du gouvernement du Canada sur la gouvernance ouverte, cofondateur de MontréalOuvert, QuébecOuvert et Connexité-MTL, membre fondateur du conseil d’administration de SynapseC, Fellow du Center for Law, Technology and Society à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa et a récemment rejoint le Groupe de travail sur la gouvernance des données du Conseil canadien des normes.

Séance 5 – Proposer | Mardi 11 août, 16 h | Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)
Rédaction collective du plaidoyer

Alexandre Warnet

Alexandre Warnet est un innovateur social et un mobilisateur de la transition écologique et de l’urgence climatique. Il est l’instigateur et porte-parole du mouvement citoyen Laval en transition, qui vise à développer une communauté résiliente et sortie des énergies fossiles. Il est un Climate Reality Leader, formé à la lutte aux changements climatiques par l’ancien vice-président américain Al Gore et The Climate Reality Project. Il est secrétaire-trésorier du Conseil régional de l’environnement de Laval. Il est également membre du comité Relève d’affaires de la Chambre de commerce et d’industrie de Laval. Il est élu au Comité de vigie du Plan de développement culturel de la région de Laval. Il contribue à la triennale d’arts visuels Banlieue!, tenue à la Maison des arts de Laval en 2021, à titre de collaborateur responsable des partenariats et de l’engagement de la communauté. En 2018, il est sélectionné par le gouvernement québécois pour être le représentant jeunesse du Québec au XVIIe Sommet de la Francophonie, tenu à Erevan (Arménie). À l’automne 2017, il relance le Forum jeunesse Laval, dont la mission est de susciter la participation citoyenne des jeunes Lavallois-es, qu’il a présidé jusqu’au printemps 2019. Il est l’auteur de L’Âge de l’Humanité : Construisons la communauté politique de l’humanité unie dans sa diversité (www.agedelhumanite.net). Il a donné des conférences au Québec et au Canada, en Tunisie, en Allemagne, en Belgique et en Bosnie-Herzégovine, et il a participé à de nombreux événements et sommets internationaux. Il œuvre comme conseiller stratégique en animation auprès de l’Institut du Nouveau Monde et est animateur professionnel. Il a été membre du conseil d’administration du Forum social mondial 2016. Il est titulaire d’un Master en Affaires internationales de l’Institut de hautes études internationales et du développement de Genève (Suisse), d’un Baccalauréat en Communications, politique et société et d’un Certificat en Histoire de l’Université du Québec à Montréal. Il habite Laval, au Québec (Canada).

Séance 6 – Proposer | Jeudi 13 août, 16 h | Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)
Rédaction collective du plaidoyer

– Finalisation des propositions jeunesse
– Enregistrement des résultats

2. Profil engagement social
Reconstruire le vivre ensemble

Du 12 août au 17 septembre

Profil complet

Lié à la Démarche Jeunesse sur le vivre ensemble, ce profil veut s’attarder aux inégalités amplifiées par la crise actuelle. Si les disparités socioéconomiques étaient bien présentes avant la pandémie, la crise sanitaire jette un éclairage nouveau sur celles-ci.

Devant la gravité des constats, l’heure est à l’action et aux projets. Quelles initiatives pouvons-nous imaginer pour réduire les inégalités? Vous serez appelés à proposer des projets et des actions à entreprendre dans votre communauté.

Personne mentore 

Nadim Tadjine – Consultant en innovation sociale et Doctorant en Design

Nadim Tadjine est passionné par les questions de participation publique, d’innovation sociale et d’aménagements. Il accompagne des projets variés en innovation sociale et participation publique et poursuit également un doctorat à l’École de design de l’Université Laval. Ses recherches portent sur l’engagement citoyen dans l’espace public et la contribution du design au sein des processus de participation publique.

Pendant ses temps libre, Nadim aime s’impliquer dans la vie de sa communauté, imaginer des installations avec le Collectif de designers et prendre part à la vie de son quartier.

Séance 1 – Informer | Mercredi 12 août de 18 h à 19 h 30 | Session en direct sur Zoom

Discussion publique : « La géographie des inégalités en temps de COVID-19 »
Activité ouverte aux non participants de l’École d’été

Avec Carla Beauvais et Bochra Manaï

Les répercussions de la COVID-19 n’ont pas été les mêmes partout sur le territoire québécois. La pandémie est venue exacerber les inégalités socio-économiques que vivent certains groupes de notre société. Pourquoi certaines régions ou certains quartiers du Québec ont-ils été plus affectés que d’autres? Quels groupes ont subis les conséquences les plus importantes de la crise sanitaire? Comment cette prise de conscience doit-elle nous guider dans la relance? Quels devraient-être les priorités?

La chroniqueuse Carla Beauvais et la géographe de formation Bochra Manaï discutent des conséquences différenciées de la crise sanitaire.


Carla Beauvais a fait de la diversité et de l’inclusion son cheval de bataille. Chroniqueuse au Journal Métro et entrepreneuse sociale, elle milite depuis plus de 20 ans pour une meilleure représentation et émancipation des communautés noires et marginalisées. Avec une approche authentique, elle poursuit maintenant son engagement en outillant les leaders sur la voix incontournable de la diversité. Diplômée de la prestigieuse Cornell University (New York), elle sensibilise sur les avantages compétitifs et humains de créer des espaces plus inclusifs. Sa méthode consiste à offrir des pistes de réflexion et des solutions basées sur une profonde analyse des biais inconscients afin de développer de meilleures pratiques. Elle est co-fondatrice de la Fondation Dynastie et d’0rijin Village.

Bochra Manaï est à la direction de Parole d’excluEs, une organisation qui promeut la mobilisation citoyenne, notamment à partir du cas de Montréal-Nord, à des fins de transformation sociale et territoriale.

Comme chercheure, elle s’intéresse aux enjeux d’altérité dans la ville, aux enjeux d’immigration et aux dynamiques d’exclusion et d’inclusion dans les quartiers urbains. Auteure de « Les Maghrébins de Montréal » aux Presses de l’Université de Montréal de diverses publications en lien avec les enjeux de diversité.

Séance 2 – Informer | Jeudi 20 août | Trousse d’outils numérique : pas de rencontre, semaine d’étude des contenus
Appropriation des enjeux
Diffusion de l’épisode du balado Le Réverbère « Combattre l’insécurité alimentaire » et de l’infographie « Des inégalités exacerbées en temps de crise ».

Séance 3 – Débattre | Jeudi 27 août de 18 h à 20 h 30 |  Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)

Le point de départ de l’engagement social 

Avec Kijâtai-Alexandra Veillette-Cheezo, Dina Husseini et Cassandra Exumé

Cette troisième séance du profil Engagement social offrira une vitrine sur le processus de mise en oeuvre d’un projet ou d’une initiative se voulant une réponse à une problématique sociale et/ou économique.


Kijâtai-Alexandra Veillette-Cheezo – Ambassadrice de Puamun Meshkenu

Kijâtai est née à Val-d’Or d’une mère allochtone et d’un père autochtone de la nation Anishinabe. Ayant étudié en cinéma au niveau collégial et ayant travaillé au Wapikoni mobile, elle explore présentement différentes approches à l’art tout en gardant un ton engagé.

Elle a réalisé entre autres deux courts-métrages qui abordent les réalités autochtones (Kijâtai et Kabak) et elle a un projet en développement portant sur l’identité autochtone.

Présentement, elle s’engage à travers les organismes tels que Puamun Meshkenu, Mikana et Wapikoni en tant qu’ambassadrice. Ce qui lui permet de présenter des ateliers de sensibilisation et participer à la discussion sur les cultures et réalités autochtones tout en oeuvrant pour la construction de ponts entre autochtones et non-autochtones.

Elle fait également partie du conseil jeunesse de Montréal Autochtone et du comité aviseur jeunesse de la Chaire-réseau jeunesse autochtone.

Dina Husseini – Organisatrice communautaire – Comité de concertation interculturel et  Co-fondatrice Inclusion Jeunesse | Corporation de développement communautaire de Côtes-des-Neiges

Diplômée d’une maîtrise en science politique à l’Université de Montréal, Dina s’intéresse à la gouvernance inclusive, aux enjeux d’équité, ainsi que la lutte contre le racisme et la discrimination. Depuis, elle a travaillé dans des instances en matière d’immigration, d’inclusion et de diversité, dont le ministère de l’Immigration du Québec, à titre de conseillère en politique et programme et au sein du cabinet politique de l’Honorable Ahmed Hussen, Ministre de l’Immigration, des réfugiés et citoyenneté Canada à Ottawa. Depuis janvier 2020, elle travaille avec la CDC de Côte-des-Neiges dans le cadre du comité de concertation interculturel qui a pour mission d’améliorer le vivre-ensemble et l’inclusion dans le quartier. Adepte de l’engagement social, elle fait maintenant de la participation à la vie démocratique, son cheval de bataille en réitérant l’importance de s’engager pour améliorer l’inclusion des jeunes issues des milieux défavorisés et des minorités racisées dans la société.  Dina s’est engagée dans différents comités exécutifs, conseil d’administration et plusieurs initiatives jeunesse dont le projet Inclusion jeunesse où elle est l’une des co-fondatrices.

Cassandra Exumé – Coordonnatrice générale de Hoodstock

Bachelière en marketing de HEC Montréal, Cassandra Exumé a oeuvré pendant 10 ans comme bénévole auprès de différentes institutions culturelles et communautaires. Après 8 ans à titre d’assistante marketing puis coordonnatrice des ventes, elle décide de se consacrer complètement au mouvement communautaire. Coordonnatrice générale de l’organisme Hoodstock depuis le mois de février, la transition vers cette nouvelle réalité s’est faite rapidement. L’incertitude des derniers mois et la place du mouvement Black Lives Matter positionnant l’organisme Hoodstock comme un acteur important dans la communauté ont fortement impacté le rôle qui lui a été confié.

Une jeune femme passionnée, enjouée et déterminée à faire partie du changement de notre société, voici brièvement qui est Cassandra Exumé.

Séance 4 – Débattre | Jeudi 3 septembre de 18 h à 20 h 30 | Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)
Préparer le terrain

Cette quatrième séance du profil Engagement social proposera aux participantes et participants d’explorer les différentes approches méthodologique et les outils pour mener un projet d’engagement social. Cette séance leur permettra également de travailler sur le développement d’idées de projets.

Séance 5 – Proposer | Jeudi 10 septembre de 18 h à 20 h 30 | Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)
Préparer le terrain

avec Sondès Allal et Mohamed Mimoun

La cinquième séance en atelier du profil Engagement social sera l’occasion pour les participantes et participants de rencontrer les personnes mentores afin de comprendre leurs façons de mener à bien des projets dans la communauté.


Sondès Allal – Coordonnatrice de projets dans la communauté | École de gestion- Université de Sherbrooke

Sondès Allal est coordonnatrice de projets dans la communauté à l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke. Citoyenne engagée dans son milieu et animée par un amour lucide de sa communauté, Sondès est convaincue du potentiel des petites actions et des humains qui côtoient son quotidien. L’implication est, pour elle, une action solidaire qui remue et change les règles du jeu social pour nous rapprocher de notre humanité commune. Elle a initié plusieurs projets pour l’accessibilité à tous à l’hygiène, l’habillement, l’alimentation, l’éducation, etc. Sondès a initié et fondé, entre autre, la Partage Box, la Campagne des bas orphelins, les Frigos Free go et l’Université populaire de Sherbrooke (initiatrice et cofondatrice).

Mohamed Mimoun

Séance 6 – Proposer | Jeudi 17 septembre de 18 h à 20 h 30 | Session en direct sur Zoom (activité réservée aux personnes inscrites au profil)

Cette dernière séance en atelier du profil Engagement social sera dédiée à préparer la table pour la réalisation des idées de projets développées tout au long du profil.

Conférence d’ouverture de l’École d’été numérique avec Sonia LeBel et Cathy Wong

Mardi 7 juillet, de 18 h à 19 h 15  

[Re]connexion – l’École d’été numérique de l’INM démarre en force le mardi 7 juillet sa nouvelle formule, avec mesdames Sonia LeBel et Cathy Wong en conférence d’ouverture virtuelle. Cette activité gratuite et accessible au public vous invite à nous rejoindre et à franchir l’écran pour en apprendre plus sur le parcours de la nouvelle présidente du Conseil du trésor du Québec et sur sa vision de la démocratie. 

La conférence d’ouverture est une activité pour s’interroger sur les perspectives pour la société québécoise post-confinement. L’objectif est de découvrir, réfléchir et proposer des solutions individuelles et collectives pour sortir de la crise sanitaire plus forts et plus solidaires.

Sonia LeBel : Députée de Champlain, présidente du Conseil du trésor, ministre responsable de l’Administration gouvernementale, et ministre responsable des Institutions démocratiques, de la Réforme électorale et de l’Accès à l’information, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne.

Cathy Wong : Conseillère de ville, district Peter-McGill, et membre du comité exécutif à la Ville de Montréal

Vous avez des questions?

Vous souhaitez en savoir plus sur l’École d’été numérique de l’INM ou vous êtes une organisation et vous souhaitez contribuer au rayonnement de l’événement? Contactez Nicolas Vazeille, agent de projet, et il pourra répondre à toutes vos questions!

Nicolas Vazeille
Agent de projet, INM
nicolas.vazeille@inm.qc.ca

Devenez partenaire de mobilisation

Devenez partenaire de mobilisation de l’École d’été numérique de l’INM et partagez des opportunités d’engagement pour les jeunes dans notre Espace d’engagement. Pour plus d’informations, cliquez ici.

Partenaires de l’École d’été numérique de l’INM 2020

Logo du gouvernement du Québec
Élections Québec

À propos de l’INM

L’INM est une organisation indépendante et non partisane qui a pour ambition d’accroître la participation des citoyennes et des citoyens à la vie démocratique. L’action de l’INM a pour effet d’encourager la participation citoyenne et de contribuer au développement des compétences civiques, au renforcement du lien social et à la valorisation des institutions démocratiques. L’équipe de l’INM est animée par la conviction que la participation citoyenne renforce la démocratie.

Espace d’engagement

L’Espace d’engagement vous permet de découvrir des opportunités d’engagement auprès d’organismes communautaires, d’associations ou d’établissements scolaire afin de poursuivre votre engagement citoyen.

2020-10-22T10:07:52-04:00
Go to Top