Table ronde: L’itinérance et l’isolement social : un état des lieux

L’itinérance et l’isolement social : un état des lieux

 

S’inscrire à cette table ronde*

*Les personnes inscrites à l’École d’hiver pour participer à l’un des profils n’ont pas besoin de s’inscrire à nouveau aux activités ouvertes au grand public

L’itinérance et l’exclusion sociale demeurent stigmatisées au Québec. Bien que ces enjeux de société, intimement liés au vivre ensemble, ne datent pas d’hier, ils ont été résolument exacerbés par la crise de la COVID-19. D’ailleurs, la mairesse de Montréal estimait en septembre dernier que le nombre de personnes itinérantes avait doublé dans la métropole en raison de la pandémie. 

Comment enrayer l’itinérance et les problèmes qui y sont liés? Comment renforcer l’entraide dans un monde où nous sommes de plus en plus isolés? Est-il possible d’envisager une société québécoise et une ville comme Montréal sans itinérance? Quelles pistes de solutions emprunter? 

Léa Filippini
Co-fondatrice et Directrice aux communications à Pour Le Hood

Française expatriée à Montréal depuis 7 ans, je suis co-fondatrice de l’organisme Pour Le Hood qui a vu le jour il y a 6 ans. Il était important pour moi de trouver un moyen de venir en aide aux gens dans le besoin dans mon pays d’accueil.

 

 

Daniel Prince
Camelot pour le journal L’Itinéraire, au sein du groupe communautaire du même nom.

Au début des années 1980, Daniel a été technicien arpenteur pendant quelques années à la Baie-James. Par la suite tout a basculé. Camelot de L’Itinéraire depuis 14 ans, administrateur de l’organisme, représentant des camelots et impliqué sur différents comités. Daniel a trouvé un nouveau sens à sa vie.

 

 

Sue-Ann MacDonald
Professeure à l’Université de Montréal

@SueannBe

Sue-Ann MacDonald est professeure à l’École de travail social de l’Université de Montréal depuis 2011. Elle a travaillé pendant plus d’une décennie comme travailleuse sociale dans une équipe en santé mentale auprès de personnes en situation d’itinérance à Ottawa et à Toronto. Ses intérêts de recherche portent sur les expériences de personnes en situation d’itinérance (surtout les jeunes, ainsi que des personnes aux prises avec des troubles de santé mentale et de toxicomanie). Ses recherches sont ancrées dans la prise en compte du point de vue des personnes marginalisées afin de mieux comprendre leur réalité et améliorer les pratiques à leur endroit. Elle a plusieurs recherches en cours portant sur différents thèmes de l’itinérance, la santé mentale et la judiciarisation, la prévention de l’itinérance et l’importance des approches globales et de proximité.

 

 

 

L'événement est terminé.

Catégories

Catégories

Étiquettes produit